Châteaux Haut-Rhin 2

  • Friedberg
  • Freundstein
  • Hohnach
  • Girsberg
  • St Ulrich
  • Haut-Ribeaupierre
  • Gutenbourg
  • Hagueneck
  • Hartmanswiller
  • Hattstatt-Schauenbourg
  • Herrenfluh
  • Héguenheim
  • Heidwiller
  • Hohlandsbourg
  • Hohrupf-Hugstein
  • Husenbourg
  • Eguisheim-Dagsbourg-Wahlenbourg-Weckmund

Château de Friedberg

 

Un premier château fut élevé vers 1225 par l'abbé de Murbach, confié aux nobles de Saint-Amarin qui entrèrent en conflit avec l'abbé. Celui-ci fit détruire le bâtiment qui fut reconstruit vers 1277. Il subit alors les convoitises des Comtes de Ferrette.

 Construit sur une éminence à l'extérieur de l'enceinte, il comprend un donjon circulaire et plusieurs bâtiments d'habitation. Une chapelle dédiée à la Vierge est citée en 1280.

Le château fut pillé par les Anglais en 1376, puis occupé par les Rustauds en 1525 et finalement incendié en 1633 par les Suédois et démantelé en 1665.

 

Seul le donjon subsiste, décrit par Schoepflin en 1746. En 1807, une maison est construite sur les soubassements du château.

La ferme du château en contrebas fait partie d'une autre propriété, le logis du fermier a été remanié, la grange-étable est bien conservée, couverte d'un grand toit à demi-croupes. Une porte en plein cintre sur l'élévation postérieure est datée 1669. Bâtiment du XIXe siècle rectangulaire avec une tourelle carrée au nord est. Porte charretière et piétonne avec piliers à bulbes sur la rue de l'Eglise.

Propriété privée, visite des extérieurs uniquement, vestiges.

Château fort de Friedberg

rue du Général-de-Gaulle

68 Saint Amarin

Château du Freundstein à Goldbach -Altenbach 68760

 

Le Château du Freundstein culmine à 984m d'altitude, il est le plus haut des châteaux-forts d'Alsace. Construit à la fin du 13ème siècle, il relevait de l’Évêque de Strasbourg et de l'Abbaye de Murbach, avant d'être donné en fief à la famille de Waldner de Freundstein, encore propriétaire de nos jours.

 

 

Le château n'a pas été épargné par l'histoire, fortement endommagé par un séisme en 1356, de multiples attaques, incendies et bombardements pendant la guerre. Il est classé monument historique depuis 1922. Il ne reste aujourd'hui que quelques ruines et l'accès au château est périlleux.

Le château de Freundstein est un monument historique situé à Goldbach-Altenbach, dans le département français du Haut-Rhin. Il est un point culminant, très apprécié des randonneurs. Se trouve à proximité, la ferme auberge du Freundstein.

 

Ruines du Château du Hohnack 68910 Labaroche

 

Château situé à 940 m d'altitude domine à la fois les vallées qui descendent vers Munster et Kaysersberg. Il aurait été construit à la fin du XIe siècle par les comtes d'Eguisheim à l'emplacement d'un ancien poste de guet romain.

Il passe aux Ribeaupierre à la fin du XIIIe siècle et plus tard au XVIe siècle, de grands travaux pour l'adapter à l'artillerie sont entrepris.

 

En 1650, à la paix de Münster, une garnison du roi de France s'y établit, mais la place étant finalement considérée sans intérêt stratégique, sa démolition intervient en 1655.

On peut encore voir aujourd'hui le donjon du XIIe siècle et les remparts remaniés au XVIe siècle, qui comportent de nombreuses pierres à bossage ainsi que des marques de tâcherons.

Ce château comtal en grès rose, pierre typique de la région, a été construit au XIIe siècle. Il appartenait à l'origine aux comtes d'Eguisheim.

Après de nombreux changements de propriétaires, le château fut démantelé au XVIIe siècle sous l'ordre de Louis XIV. Situé sur les sommets du Hohnack, près de la commune de Labaroche, à environ 940 mètres d'altitude, l'édifice est l'un des châteaux les plus élevés d'Alsace.

Devenu aujourd'hui la propriété de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques, le château regorge encore de trésors d'architecture. On y trouve une grande enceinte polygonale où l'on peut observer les murailles, tours et fortifications. Un donjon se trouve au centre, datant du XIIe siècle. Une chapelle aurait aussi été présente dans l'enceinte. Ce site protégé se trouve sur les itinéraires de nombreux chemins de randonnée. Il est inscrit au Monument Historiques depuis le début du XXe siècle.

 

Château du Girsberg - St Ulrich et Haut Ribeaupierre à Ribeauvillé 68

 

Château du Girsberg (anciennement nommé Petit-Ribeaupierre) est l’un des trois châteaux (avec le Château de Saint-Ulrich et le Haut-Ribeaupierre) qui dominent la commune de Ribeauvillé, dans le Haut-Rhin. Il est situé à 528 m d’altitude. L'ensemble des trois châteaux fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis octobre 1841 et février 1930.

 

Ce sont les sires de Ribeaupierre qui édifièrent ce château au XIIIe siècle dénommé d’abord Stein (La Roche) et le reconstruisirent après un incendie occasionné par la foudre en 1288. En 1304, ils donnèrent en fief à des vassaux, les chevaliers de Girsberg dont il prit le nom. Les Girsberg restèrent possesseurs du château jusqu'en 1422, époque à laquelle une querelle étant survenue entre Guillaume de Girsberg et Maximin Ier de Ribeaupierre et Jean comte de Lupfen, le noble de Girsberg fut tué dans une attaque du fort, ce qui amena le retour des Ribeaupierre. Les Girsberg le gardèrent jusqu’à leur extinction au XVe siècle. Il est abandonné au XVIIe siècle.

L'accès au château du Girsberg se fait aujourd'hui uniquement à pied par un sentier de randonnée balisé "Circuit des trois châteaux" empruntant le GR5 (départ depuis la Place de la République ou depuis le parking du Lutzelbach à Ribeauvillé, durée 2h30 environ).

 

Château de Saint-Ulrich

Le château de Grand-Ribeaupierre, connu sous le nom du château de Saint-Ulrich, est l’un des trois châteaux qui dominent la commune de Ribeauvillé, dans le Haut-Rhin. Il est situé à 528 m d'altitude. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis octobre 1841 et février 1930.
 
 
 

Château du Haut-Ribeaupierre

 
Le château du Haut-Ribeaupierre est l'un des trois châteaux qui dominent la commune de Ribeauvillé, dans le Haut-Rhin. Situé à 642 m d'altitude, il domine les deux autres. L'ensemble des trois châteaux fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis octobre 1841 et février 1930.
 

Saint Ulrich, Haut-Ribeaupierre, Girsberg

Château du Gutenbourg - Le Bonhomme 68

 

Le château du Gutenbourg a été construit à 800m d'altitude, sur un éperon rocheux. Ses occupants surveillent le passage entre l'Alsace et la Lorraine et lèvent un péage.
Propriété des comtes d'Eguisheim puis des comtes de Ferrettes, il revient au Habsbourg en 1324, qui le donne en fief au Ribeaupierre. Ceci le confit en arrière-fief à la famille de Laveline en 1329 et 1441. au début du 15ème siècle, il revient à la famille Ribeaupierre qui l'abandonne au siècle suivant.

HISTOIRE

 
L'intérêt historique de ce lieu est bien modeste. Ce n'était qu'un poste frontière entre la Lorraine et l'Alsace sur la route du col du Bonhomme. La date de sa construction est inconnue. Il apparaît en 1162 comme propriété des comtes de DABO-EGUISHEIM. Il est appelé JUDENBOURG puis GOTENBOURG. Le château est confié aux comtes de FERRETTE, avant d'échoir à la famille de HABSBOURG qui l'inféode aux RIBEAUPIERRE. L'on ignore la cause et la date de sa destruction.
 
 ETAT ACTUEL
 
 Il ne subsiste que de rares vestiges du château, dont un mur rescapé du donjon et perché sur un roc inaccessible, un impressionnant fossé taillé dans le granit et des traces de l'enceinte et de la porte.
 
ACCÈS
 
On accède au site par un sentier fléché « Le château » situé entre deux maisons de la rue principale du village en dessous de la ruine. Il faut d'abord gravir un escalier assez raide, puis suivre un sentier en très forte rampe durant environ 15 minutes. L'on accède au château dont seul un côté est accessible sans danger. L'accès au rocher est possible (gare au vertige).

Château du Hagueneck à Wettolsheim 68920

 

 

Ce charmant châtelet se blottit discrètement au fond d'un vallon forestier, non loin de la Route des Cinq Châteaux. Il est daté du 13ème siècle, mais a été réaménagé et agrandit au cours du 14ème siècle.

 

 



Situé à 420 mètres d’altitude, ce château ainsi que le village de Wettolsheim appartenait à Burkhard de Hagueneck, vassal de l’évêque de Strasbourg, à titre de gage. Le château, suite à de nombreux conflits, est assiégé, puis incendié. Il fut reconstruit peu après.

Après une période obscure, le château réapparaît dans le courant du 17ème siècle. Ruinée, l'ancienne place forte est incorporée, en 1674, aux riches possessions des chevaliers de St-Jean.
Lors de la Révolution, ce château est vendu comme bien national.

Sur un plan quasi rectangulaire, il s'étage sur trois niveaux : un donjon quadrangulaire, le corps de logis principal appelé aussi palais, les communs et dépendances et enfin, la place avancé.

Le Hagueneck n'a pas un rôle militaire mais résidentiel : il est de faible envergure, situé au fond d'un vallon et loin des voies de circulations importantes c'est donc un site peu propice à une défense efficace.
Ce site est classé "Monument Historique" le 29 janvier 1923.

Accès : Depuis Colmar prendre la direction de Wettolsheim et se diriger vers l'ouest à travers le vignoble. Vous arriverez après quelques kilomètres à un parking qui se situe à 10 minutes de marche de la ruine (balisage losange rouge).

Le premier document mentionnant le château du Hagueneck est daté du 1263, il est alors la propriété de Burckhard de Hagueneck. Il s'agit alors d'un fief de l'évéché de Strasbourg, dont il marque la frontière Nord.

Le château passe ensuite de propriétaire en propriétaire dont les plus connus sont les familles des Ribeaupierre, Rust et Landenberg.

Le château du Hagueneck est finalement détruit par les Suédois durant la guerre de 30 ans, il sera alors laissé à l'abandon.

Il est aujourd'hui la propriété de la commune de Wettolsheim.

 

Château de Hartmannswiller 68500

Le château :

De loin, le château semble massif et léger.

 

Il est composé de 3 bâtiments en forme de U et d'un mur fermant l'ensemble. Entouré par de grands arbres,  il se cache pour mieux se faire désirer.

 

Que reste il ?

Les traces du château médiéval sont rares. Il n'y a plus de rempart entourant l'ensemble, ni de donjon si représentatif de la puissance du seigneur féodal.


En faisant le tour, j'aperçois une tourelle avec archères et fentes pour armes à feu. C'est la seule preuve "agressive" de ce château très remanié à différentes époques, devenu une gentilhommière.

L'intérieur :

Le château étant privé, je n'ai pas tenté une approche en sonnant à la porte. Le mystère demeure. Mais je peux supposer que les traces médiévales doivent être rares tant ce château a été détruit puis reconstruit à travers les siècles.

 Histoire du château :

* En 1308, un château est cité dans le village. Il appartiendrait aux Hattstatt.
* Vers 1369, les Waldner de Freundstein seraient possesseurs du château.
* En 1376, des routiers à la solde des Anglais pillent et massacrent la région. Ils brûlent le village. Il semble que le château est aussi détruit.
* En 1383, les Waldner de Freundstein (qui deviendront une grande famille Alsacienne avec des personnages illustres) font aveu du fief à l'église de Bâle.
* En 1562, sur les ruines des bâtiments, les propriétaires font construire un château renaissance.
* En 1618, c'est le début de la "guerre de trente ans". Les villages et châteaux sont souvent des cibles inutiles.
* En 1648, à la signature du traité de Westphalie l'équivalent du département actuel du Haut Rhin est possession Française. Les troupes du roi Louis XIV occupent la région.
* En 1718, après de nombreuses années sans entretien, le château est remanié.
* Vers 1918, après les dégâts de la "grande guerre", le château est à nouveau réparé.
* En 1921, certaines parties du château sont classées aux Monuments Historiques.
* Au milieu du 20ème siècle, le château change de propriétaire.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible, la visite de l'intérieur est interdite car il est privé.

 

Château des Hattstatt-Schauenbourg à Soultzbach les Bains 68230

 

Le château a été édifié pour les seigneurs de Hattstatt, vers 1275, et reste leur propriété jusqu’à la fin du XVIe siècle.

En 1603, il est aux Schauenbourg, qui le transforme en hôtel à partir de 1615 pour y accueillir les curistes attirés par les eaux de Soultzbach réputées de l’endroit. Casanova y séjourne en 1782, et Euloge Schneider en 1792, ainsi que la Haute Société de Colmar.

 

 

En 1818, l'édifice est acheté par l’abbé Jean-Jacques Bobérieth avant d’être acquis par la congrégation des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé en 1903, il devient la maison de retraite Sainte-Anne.


Eléments protégés MH : le corps principal du château et le bâtiment en retour, composant le château historique, en totalité, ainsi que les vestiges du rempart compris dans l'élévation postérieure du bâtiment du réfectoire ; le sol de la cour et du jardin.

 Il abrite une maison de retraite, visite des extérieurs

 

Propriété d'une société privée

Adresse:
30 rue du Rempart
68230 Soultzbach-les-Bains.

Château Herrenfluh Uffholtz 68700

Le Herrenfluh est une petite montagne au-dessus d’Uffholtz. Le Herrenfluh, ce sont d’abord les maigres ruines d’un ancien château fort du Moyen-Âge ; ce fut aussi l’endroit du dénouement d’une sordide affaire criminelle, dans la seconde moitié du 19ème siècle ; et il abrita encore un observatoire de l’artillerie française, qui joua un rôle important en 1915, lors des combats au HWK. Le Herrenfluh est aujourd’hui un site remarquable et protégé, à découvrir avec modération.

 

Situé sur un éperon rocheux à 858 mètres d'altitude, le Herrenfluh est cité une première fois dès 1250. Il a été construit sur les terres de l'abbaye de Murbach mais appartient en fief aux comtes de Ferrette. En 1312, le Burgstall (signifiant château ruiné) est en possession de Jean de Saint-Amarin dit Nortwind. Ce dernier en assure très probablement sa reconstruction. Les Habsbourg, héritiers des Ferrette, renoncent à leurs droits sur le Herrenfluh en 1324. Il sera détruit par les Armagnacs en 1376 puis successivement inféodé après sa reconstruction aux Stoer et aux Landenberg. Le château sera définitivement ruiné par les troupes Suisses en 1468. Le Herrenfluh retrouvera son importance stratégique durant la première guerre mondiale puisqu'il servira de poste d'observation en 1915.


De nos jours, seul un pan de mur séparé de la montagne par un profond fossé est encore visible. Du haut du castel, on dispose d'une très belle vue sur la plaine d'Alsace ainsi que sur le massif du Vieil-Armand tout proche.

Château de Hegenheim 68220

 

 

Un premier château est cité en 1230 ; incendié en 1445, il est reconstruit ; un nouvel édifice est élevé en 1737 pour la famille Barbier ; une chapelle privée au premier étage est bénie en 1739 : elle est désaffectée après la seconde guerre mondiale. L'édifice se compose d'un étage carré et un sous-sol, le gros-oeuvre en grès, moellon et enduit, élévation à travées, surmontée de toit à longs pans et croupe, recouverts de tuiles plates.

château de Hégenheim 68 Hégenheim, propriété privée, ne se visite pas.

Ce bâtiment est situé au 27 rue de Bourgfelden à Hégenheim.

 

Château de Heidwiller, à Heidwiller 68720

 

Le château, attesté en 1330, est probablement plus ancien. Avec le village et l'église, il passe en 1367 aux Moersberg/Morimont, qui le vendent aux Reinach en 1486. Il a été détruit en partie après 1793, et très restauré après 1862 (rajout de la tour sud).

 

 

Vu de l'extérieur, le bâtiment ne montre rien d'antérieur à la Renaissance et rien de défensif, sauf une canonnière dans la tour nord. Au XVIIIe siècle, les encadrements de fenêtres des façades est et ouest sont remplacés par des fenêtres à linteaux en arc segmentaire disposées symétriquement. Puis de nouvelles ouvertures sont pratiquées dans les deux tours. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on pratique des réaménagements : le terre-plein reçoit un escalier double menant à une terrasse à balustrade néo-gothique qui donne sur l'étage noble par deux portes jumelles surmontées de blasons.

Le château sert successivement de prison, de fabrique et d'école. L'édifice actuel comprend un corps de logis rectangulaire à trois niveaux encadré par deux tours rondes. La tour sud est rattachée au logis actuel par un mur ajouré à créneaux recouvert de crépi. Elle est pourvue de deux fenêtres en tiers-point dans le goût troubadour.

La tour nord est pourvue d'une canonnière (XVe-XVIe siècle). A l'intérieur, escalier à balustres en bois (XVIIIe siècle), cheminée en gypse (XVIIIe siècle), parquet, boiseries. 

 propriété publique, il abrite une école.

Adresse :
1 rue du Château
68720 Heidwiller -

Château du Hohlandsbourg - Wintzenheim 68920

 

Occupé dès l'âge de bronze, le Hohlandsbourg est un site stratégique de grande envergure. Situé à 620 mètres d'altitude, il offre un point de vue idéal pour observer la capitale du Haut-Rhin Colmar et ses alentours.

L’histoire du château a été mouvementée, et marquée par une succession de faits d’arme. Construit en 1279 sur ordre du roi Rodolphe de Habsbourg par Siegfried de Gundolsheim, prévôt de Colmar.

 

Il est incendié à peine deux ans plus tard, lors de la révolte des bourgeois colmariens soutenue par le grand bailli d'Alsace Otton d'Ochsenstein. Il est progressivement renforcé et agrandi aux cours des siècles, notamment par les comtes de Lupfen, propriétaires du fief à partir de 1410.

Dès 1563, Lazare de Schwendi, général et conseiller de l’empereur Maximilien II de Habsbourg, le modernise en l’adaptant à la défense par l’artillerie. Ce sont les troupes françaises qui finalement le démantèlent, sur ordre de Richelieu, en 1637 lors de la Guerre de Trente Ans, afin qu’il ne serve plus de bastion autrichien !

Classé au titre des monuments historiques dès 1840, le Conseil Général du Haut-Rhin, décide en 1985 de sauver la ruine et d’entreprendre avec le Conseil Régional d’Alsace d’importants travaux de restauration.

Les derniers entrepris de 2011 à 2013 ont donné un nouvel essor à ce site représentatif du patrimoine historique de la région. Ils ont porté sur la création d’un pavillon d’accueil avec billetterie/boutique, d’un espace d’exposition permanente et d’exposition temporaire, d’un théâtre de plein air, d’un espace pédagogique et d’un pôle restauration comprenant brasserie et salle de réception.

Château du Hohlandsbourg

Route des cinq châteaux
68920  Wintzenheim

Château du Hohlandsbourg

Le château du Hohrupf à Buhl 68530

Le château du Hohrupf a été édifié au 13e siècle pour protéger l'abbaye de Murbach. Perché sur un belvédère à une altitude de 813m, il ne subsiste plus que quelques ruines, mais le panorama 360° vaut le détour.

Le circuit part de Buhl et rejoint le Hohrupf par une pente régulière en 1h15. Au retour nous avons fait un détour par le col du Wolfsgrübe et par l'abbaye de Mürbach qui vaut bien une petite visite.

Château du Hugstein           

Le château fort du Hugstein constitue le seul vestige militaire médiéval de cette taille dans l'arrondissement de Guebwiller. Choyé par les municipalités de Guebwiller et de Buhl (la ligne de partage intercommunal passe par le centre du donjon!), le site bénéficie depuis de longues années de plusieurs campagnes d'entretien et de nettoyage.


Bâtie sur un mamelon rocheux au débouché du vallon de Murbach, dominant Buhl et Guebwiller, la forteresse, aujourd'hui ruinée, a été construite en 1227, sur l'initiative de Hugo (Hugues), dit de Rothenbourg, abbé de Murbach, promu prince du Saint-Empire romain germanique par Frédéric II de Hohenstaufen. Le prélat alsacien avait été récompensé de cette manière pour avoir accompagné l'empereur souabe en Terre Sainte.


Considéré comme le principal site défensif de la principauté abbatiale, le Hugstein (le rocher de - l'abbé - Hugo) avait aussi et surtout pour mission de surveiller Guebwiller, une cité parfois turbulente et néanmoins petit à petit promue au rang de ville.


Le château a servi, au 13e siècle, de prison aux chevaliers félons Thierry de Montbéliard et Renaud de Montbéliard, qui desservaient l'abbaye au lieu de défendre ses intérêts. Le plus fameux des habitants du Hugstein fut sans conteste l'abbé Barthélemy d'Andlau (1447-1476). C'est lui qui a fait construire, semble-t-il, la magnifique tour-porte d'entrée et entourer le château de murailles supplémentaires. Grand érudit devant l'Éternel et véritable prince de la Renaissance alsacienne, le dignitaire ecclésiastique a également été un sévère administrateur, imposant une discipline et un ordre implacable dans ses bailliages de Guebwiller, Saint-Amarin et de Wattwiller.

Ruines du château de Husenbourg à Buhl 68530

 

Simple poste d'observation à l'origine, le château de la Husenbourg fait partie du système de défense de l'abbaye de Murbach. Construit sur un promontoire rocheux à 673 mètres d'altitude, il domine la vallée du Haut-Florival (vallée de Guebwiller) dans le prolongement des châteaux du Hugstein et du Hohrupf.

 

 

La Husenbourg fût très certainement édifiée vers la fin du XIIIe siècle sous l'impulsion de l'abbé de Murbach, Berthold de Steinbrunn. On ne sait que peu de choses sur l'histoire de ce château sinon qu'il fût inféodé en 1356 aux seigneurs de Hus, famille à laquelle il doit son nom. Lors de la visite des ruines, on remarquera que la défense du château était constituée par quatre fossés successifs taillés dans le roc. Les fondations d'un corps de logis ainsi que d'une tour ronde ont été mises à jour lors de récentes fouilles. Bien que les vestiges de ce château soient assez maigres, le site a fait l'objet de travaux de déblaiements et de balisage. De plus, d'un belvédère attenant aux ruines, on dispose d'une belle vue sur la vallée du Haut-Florival et sur les hautes crêtes des Vosges.

   

Le peu de ruines visibles de ce château ne justifient pas une visite particulière. A la sortie de Linthal, prendre la D430 en direction du Markstein. Avant le lieu-dit Dauvilliers, stationner le véhicule près du pont franchissant la Lauch. Un chemin sur la gauche (cercle rouge sur fond blanc) mène à la ruine. Compter une vingtaine de minutes de marche pour accéder au château.

Les trois châteaux Eguisheim 68420

 

Point culminant de la célèbre route des vins d'Alsace, Husseren-les-Châteaux est dominé par trois châteaux édifiés entre le XIe et le XIIIe siècle. Il ne reste aujourd'hui que trois donjons en grès rose qui formaient à l'époque un seul et même château. Progressivement détruite puis abandonnée à partir du XVe siècle, la ruine est désormais envahie par la végétation.

 

Les restes des châteaux se dressent sur une colline boisée d'où l'on observe une jolie vue sur la plaine sur Eguisheim, l'un des plus beaux villages de France. C'est de cet endroit charmant que démarre la route des cinq châteaux qui s'étend sur 20 kilomètres et qui rejoint d'abord le Château du Hohlandsbourg puis celui du Pflixbourg.

"Les trois donjons, se profilant sur la colline du Schlossberg, dominent la plaine d'Alsace à 591m d'altitude. Ces trois châteaux ont été édifié entre le 11ème et le 12ème siècle. Au centre, se trouve le plus ancien, le Wahlenbourg, avec son logis seigneurial, propriété du comte d'Eguisheim, Hugues IV. Puis vint l'édification du château situé plus au nord appelé le Dagsbourg. Le troisième appelé Weckmund fut construit au 12ème siècle.

Il ne reste aujourd’hui que trois donjons en grès rose qui formaient à l’époque un seul et même château, progressivement détruit puis abandonné à partir du 15ème siècle Les restes des châteaux se dressent sur une colline boisée d’où l’on observe une jolie vue sur la plaine d'Alsace et notamment sur Eguisheim, l’un des plus beaux villages de France. Les Trois-Châteaux sont situés sur la route des cinq châteaux qui s'étend sur 14km avec également le château du Hohlandsbourg et le Pflixbourg."

Route des Cinq Châteaux
68420 Eguisheim

Les trois châteaux Eguisheim 68420

Trois châteaux d'Eguisheim Dagsbourg- Weckmund- Wahlenbourg

 
 

Trois châteaux bien distinct dominent le vignoble et la route des vins, au sud sur le ban de Husseren-les-Châteaux, le Weckmund et le Wahlenbourg et au nord sur le bn d'Eguisheim, le Dagsbourg.

 

 

L'histoire des lieux est fort complexe et diversement occupé, en 1466 le site est définitivement détruit lors de la Guerre des Six Deniers mettant aux prises Mulhouse et des chevaliers protégeant le meunier Klee qui réclame à la ville décapolitaine un arrière de salaire de six deniers. Il est dommage que certaines restaurations des lieux n'aient pas été effectuées avec plus de mesure, mais l'ensemble reste intéressant et mériterait une réelle remise en état des abords.

Sur la colline du Schlossberg se profile trois donjons datant du XIIe s et XIIIe s et faisant suite à un premier château, le plus ancien des châteaux connus du Haut-Rhin, où le futur Pape Léon IX, fils du comte Hugues IV d’Eguisheim, passa son enfance au début du XIe s. Au milieu, le château du Wahlenbourg se composait de trois bâtiments distincts. Sur la partie élevée se trouvait le logis comtal, en dessous les logements des serviteurs familiaux et des officiers, puis en contrebas les habitations des guerriers ainsi que les écuries et la chapelle.u Nord, le château du Dagsbourg est construit vers 1147, par le comte de Ferrette. En 1197, suite à des révoltes contre l’empereur Henri VI, il est détruit par Philippe de Souabe, frère de l’empereur.

Au Sud, le Weckmund : en 1225 meurt la dernière descendante directe des comtes de Dabo-Eguisheim. Les comtes de Ferrette deviennent alors les plus proches héritiers et revendiquent l’ensemble du château, qui leur est disputé par l’évêque de Strasbourg. La paix revenue, l’évêque conserve le château du Dagsbourg tandis que le Wahlenbourg revient aux comtes de Ferrette. Un partage entraînera la construction du Weckmund. Les châteaux sont détruits en 1466 durant la guerre des Six Deniers. Les vestiges visibles sont les survivants de cette guerre.

Château de Dagsbourg

Château le Walhenbourg

Château le Weckmund