20. oct., 2017

Château de Hunenbourf à Dossenheim-sur-Zinsel 67

 

Si dans notre région, il est un château au destin maudit, il s'agit bien du HUNEBOURG. Parvenu à l'état de ruine sans histoire jusqu’au début du XX° siècle, la folie des hommes allait s'en emparer subitement après une désastreuse reconstruction ...

 

 

 

Le château de HUNEBOURG se situe sur la commune DOSSENHEIM-SUR-ZINSEL (67) à 415 mètres d'altitude.
 
HISTOIRE
 
Le château de HUNEBOURG est sans doute né au XIII° siècle. Il est tenu par les comtes de HUNEBOURG dont l'unique gloire est d'avoir fournit un évêque à STRASBOURG (Conrad II).
En 1288 la famille de LICHTENBERG occupe la place jusqu'en 1351. C'est alors que le château devient un repaire de bandits, la place est nettoyée et détruite en 1370.
 
Le château sera reconstruit et administré par les comtes de HANEAU-LICHTENBERG.
 
On ignore tout de la fin de cette forteresse vendue comme bien de la nation à la Révolution. 
 
En 1809, le château est acheté par le général CLARKE qui va transformer le site en parc d’agrément et construire au pied de la ruine un manoir qui existe toujours .
 
VOICI LE XXème SIÈCLE...
 
Un nommé Fritz SPIESSER, écrivaillon allemand aux opinions nazies va acheter les ruines en 1932, les faire raser et édifier les bâtisses actuelles y compris le faux donjon. Cette reconstruction se veut être à la gloire du « génie allemand », le donjon est même dédié je cite « au plus inconnu des soldats de la guerre 1914-1918 et aux Alsaciens-lorrains morts par la patrie » laquelle ? 
 
Certainement pas la France car le château est devenu un repaire d'autonomistes inspiré par la philosophie d'un certain Charles ROOS condamné à mort et exécuté à CHAMPIGNEULES (54) en 1940. Ses restes seront transférés au château de HUNEBOURG le 19 juin 1941. la place Kléber de STRASBOURG sera débaptisée et renommée « Karl Roos Platz ». De l'autonomisme, le destin du château va basculer dans le nazisme. La tombe de ROOS devient un lieu de pèlerinage où l'on conduit les enfants des écoles. Le HUNEBOURG est réputé un "BURG" SACRE. Il devient un lupanar, où toutes sortes de cérémonies nazies et d'orgies  y seront commises à la gloire du mythe Aryen. Durant cette époque, il était interdit aux populations de s'approcher librement du château.
 
A la libération le château est mis sous séquestre et récupéré par le Ministère des Finances qui va en faire une maison de retraite. A cette époque le donjon et les extérieurs du château sont libres d'accès. Depuis quelques temps le lieu est géré  par une société privée qui en a fait  un hôtel. Il n'est plus librement accessible .
 
ETAT ACTUEL
 
Ce château a depuis toujours eut le don de me mettre mal à l'aise, bien avant que je ne connaisse sont passé nazi, ce qui est resté très longtemps un tabou dans la région.
 
Néanmoins, j’avais en mémoire mes visites des années 1980, quand toute une partie des lieux était libre d'accès, mais désormais, inutile de vous rendre sur place, seul l'esprit mercanti y a droit de citer. L'herbe pousse sur le donjon et hormis l'entrée principale commercialement accueillante, vous n'y trouverai que des grilles cadenassées environnées de friches.
 
ACCÈS
 
Depuis la route reliant DOSSENHEIM à LA PETITE PIERRE, emprunter un chemin forestier situé peu après ce village. Il n'y a plus d'indication au nom du château, seule une pancarte vantant les activités hôtelières de l’actuel occupant est susceptible de vous guider au château.