Canton du Jura en Suisse

 

La République et Canton du Jura (JU), plus souvent appelée canton du Jura ou Jura, désignée comme État démocratique et social fondé sur la fraternité en tant que République jurassienne

dans le texte de l'article 1er de sa constitution originelle, est le vingt-sixième et le plus récent canton de Suisse.

 

 

Delémont en est le chef-lieu. Il se situe dans le nord-ouest de la Suisse dans le massif du Jura et est intégré à la grande région suisse dénommée sur un mode double linguistique français et allemand Espace Mittelland. Son point le plus élevé se situe au mont Raimeux, à 1 302 m à la frontière entre le canton du Jura et le canton de Berne ; son point le plus bas est situé au passage de l'Allaine entre la frontière suisse, et la frontière française à Boncourt.

Le château de Vorbourg en Suisse

 

Le château de Vorbourg est un château fort, aujourd'hui en ruine, situé sur le territoire de la commune jurassienne de Delémont et propriété de la bourgeoisie de Delémont.

Sur une plateforme rocheuse au pied des ruines se trouve la chapelle du Vorbourg qui est également propriété de la Bourgeoisie de Delémont.

Le château de Vorbourg en Suisse

Le château de Delémont en Suisse

 

Le château de Delémont est l'ancienne résidence d'été des Princes-Évêques de Bâle. Il est situé à l'angle sud-ouest de la vieille-ville de Delémont, chef-lieu du canton du Jura.

Sa silhouette imposante accompagnée de celle de l'Église St-Marcel et de son clocher est devenue le symbole de la cité.

 

 

L'actuelle bâtisse a remplacé un ancien château médiéval. C'est le Prince-Évêque Jean-Conrad de Reinach-Hirtzbach (1705-1737) qui a donné mandat à l'architecte Pierre Racine de Renan de lui construire un nouvel édifice plus confortable, destiné à être utilisé comme résidence d'été. La construction s'étala sur plusieurs années, entre 1716 et 1721. En 1796, à la suite de la Révolution française et de l'annexion de la Principauté de Bâle sous forme de département du Mont-Terrible à la France, le Prince-évêque s'enfuit et le château fut vendu comme "bien national" à un industriel. Il fut racheté aux héritiers de celui-ci par la Ville en 1821 alors que le territoire avait été attribué à la Suisse en 1815 lors du congrès de Vienne. De 1846 à 1913 l'édifice a accueilli le collège puis l'école primaire.

Conçu comme un petit palais, le bâtiment est muni à chaque étage, du côté nord, d'un corridor sur toute sa longueur ; celui-ci permettait d'accéder aux différentes pièces qui communiquaient également entre elles.

Le rez-de-chaussée était occupé par les cuisines, les offices et les salles à manger. Le premier étage - dit Étage des Princes - comprenait deux appartements : celui réservé au prince-évêque, l'autre destiné à un prince étranger de passage. Le second étage était conçu pour accueillir des hôtes et les courtisans. Au sous-sol une grande cave voûtée pouvait accueillir le produit des vignes possédées par le prince-évêque dans la Vallée de la Birse et en Allemagne du sud (Ötlingen). À l'entre-étage on trouvait une boulangerie avec deux fours à pain. Deux étages de greniers prenaient place sous la toiture ; des treuils permettaient, entre autres, d'y monter des réserves de bois de chauffage.

À l'extérieur, au nord, une cour d'honneur avec bassin à laquelle on accédait depuis la rue principale de la ville par un portail en fer forgé flanqué de deux corps de garde. Cette cour était bordée à l'est par des écuries et à l'ouest par un court rempart et le bâtiment de la recette. Au sud, un jardin auquel on accédait depuis la bâtisse par un grand escalier. Ce jardin était également agrémenté d'un bassin et occupé sur son flanc ouest par une orangerie.

Ce monument abrite aujourd'hui encore une partie des classes des écoles primaires et enfantines de la ville. Des enfants ont donc classe, qui dans l'ancienne chapelle, qui dans la cuisine, qui dans la salle à manger ou autre salon muni d'une cheminée française… La cave est louée elle à un marchand de vin et les deux étages de greniers servent en partie de dépôt à diverses institutions publiques.

Le Château de Delémont est classé comme bien culturel suisse d'importance nationale dans le canton du Jura.

Le château de Porrentruy en Suisse

Le château de Porrentruy en Suisse, est un édifice dont la construction s'étend de la moitié du XIIIe au début du XVIIIe siècle. Construite au XIIIe siècle, la tour Réfous est l’élément le plus ancien du château. Il reste encore à l’ouest et au nord quelques remparts du XIVe siècle. Au début du XIXe siècle, la chapelle de style gothique qui se trouvait dans la cour a été détruite. Il y a également des escaliers qui descendent jusqu’au Faubourg de France.

Jusqu'au début de l'époque carolingienne, l'Ajoie appartient aux comtes d'Alsace. Peu peuplée, cette région attira pendant longtemps de nombreux colonisateurs. Lors du partage de la Lotharingie, en 870, l'Ajoie échut à Louis le Germanique. Peu à peu, des familles de la petite noblesse, dispersées dans tout le pays, défrichèrent des terres incultes et érigèrent de modestes châteaux. Ce n'est que plus tard qu'elles les agrandirent pour en faire des maisons fortes. Promue au rang de ville au XIIIe siècle par Rodolphe de Habsbourg, Porrentruy devint la résidence de 15 princes-évêques de 1527 à 1792.

La fin du XVIe siècle est marquée par la présence, durant trente ans, du plus illustre des princes-évêques de Bâle : Jacques-Christophe Blarer de Wartensee. Il régna de 1575 à 1608. Ce seigneur rénova le château, créa le Collège des Jésuites et assura la fondation d'une imprimerie. La ville connut une ère de prospérité qui prit fin avec la guerre de Trente Ans (1618-1649), durant laquelle la cité fut assiégée et occupée à plusieurs reprises par des troupes diverses.

Canton de Neuchâtel en Suisse

 

 

Le canton de Neuchâtel est situé au nord-ouest de la Suisse dans le massif du Jura. Il comprend une partie basse bordant le lac de Neuchâtel, désignée par le Littoral ou le Bas ainsi qu'un plateau plus élevé, situé à environ 1 000 mètres d'altitude, désigné par les Montagnes neuchâteloises ou "le Haut".

 

 

La ville de Neuchâtel est située sur le littoral, celles de La Chaux-de-Fonds et du Locle sont situées dans les Montagnes. Elles jouxtent la frontière française située sur le Doubs, du nom de la rivière qui coupe la vallée en deux. Le Bas s'étend de Vaumarcus jusqu'à la limite du lac de Bienne. Plusieurs vallées existent entre le haut et le Bas. Le Val-de-Travers, situé à l'ouest du canton et le Val-de-Ruz - au centre - en sont les principales.

Le point culminant du canton est sur l'arête Sud-Ouest du Chasseral à 1 552 m.

Le château du Landeron en Suisse

Le château a été construit dès 1325 dans le cadre de la fondation de du bourg du Landeron sur l'île du même nom entre la Grande et la Petite Thielle, île qui mesure environ 100 mètres à 170 mètres.

les autres maisons dans du bourg et les dépasse d'un étage. Aujourd'hui, il forme avec la très étroite maison de la tour et les dépendances de la chambre de la question un complexe en forme de L autour de la cour adjacente à la porte du Nord, où il renforce les fortifications de la ville dans le coin nord-ouest. Le caractère défensif est renforcé par les meurtrières.

Le bâtiment a été construit en pierre calcaire, qui est clairement visible sur les façades nord et l'ouest.

Lors de le division des biens entre les communes politique et bourgeoise, le château est devenu la propriété de la corporation de Saint-Maurice (la commune bourgeoise est nommée d'après le patron de l'église), qui de 1889 à 1891 a entrepris des travaux de reconstruction. Les fenêtres néo-gothique du côté sud sont de cette période. A été remplacé également le mur, qui détermina la cour vers la rue par une balustrade en fer forgé. La tour d'angle marquante a été coupé au niveau de l'autre bâtiment.

La correction des eaux du Jura sécha les pilotis de la fondation, ce qui conduit à des tassements différents de l'édifice. Ceci et le grand âge du bâtiment a conduit à un besoin accru de l'entretien, qui pourrait été payé ni par l'utilisation communautaire et culturel, ni par les bénéfices de la forêt de la bourgeoisie. Par conséquent, il a été cédée en 2010 pour un prix symbolique à la commune.

La grande salle au rez-de-chaussée et la cour ont été utilisées comme abris pour la population au cours de menace militaire ou d'un sinistre. À cette époque il y avait environ 60 ménages au bourg. Déjà un 1349, un premier feu a rasé la moitié de la ville et détruit la charte de la ville.

Aux XIVe et XVe siècles, le château abritait un logement pour le comte de Neuchâtel, dont il s'est servi lors des voyages dans la région. On y trouvait aussi les locaux de stockage des dîmes et des revenus de la châtellenie. À partir du XVIe siècle a été aussi construit une prison. Le roi de Prusse, Frédéric II donna le château en 1750 à la communauté, combiné avec la tâche d'entretenir la prison et la chambre de la question.

Au XXe siècle la salle au rez-de-chaussée fut utilisée pour des fêtes et manifestations, notamment par les deux confréries, tandis que le 1er étage servit en tant que théâtre et de cinéma.

Château de Neuchâtel en Suisse

 

Le château de Neuchâtel est situé sur un éperon rocheux au centre de la ville de Neuchâtel, chef-lieu du canton du même nom, en Suisse.

Il jouxte la collégiale et surplombe la ville. On y accède depuis le centre-ville par la rue du Château.

 

Les premiers éléments construits sur la colline datent probablement des Romains (voir le bas de la Tour des Prisons).

Le château est habité dès le début du second millénaire par les Fenis d'abord (jusqu'en 1395), puis les Fribourg, les Hochberg puis finalement les d'Orléans-Hochberg avant que Neuchâtel ne se choisisse la Prusse comme maître en 1708.

Chaque famille fait évoluer le château en fonction de ses besoins, l'agrandissant, changeant l'église... voir plan à gauche.

La physionomie de la ville change brutalement en 1843 lorsque le Seyon (la rivière qui séparait la colline du flanc du Jura et traversait la ville) est déviée.

Les Prussiens sont chassés du château lors de la révolution du 1er mars 1848. Il abrite aujourd'hui le gouvernement cantonal neuchâtelois.

"Depuis 1250 le pouvoir des seigneurs, des comtes, des princes et enfin des autorités républicaines, après 1848, s'est exercé à partir du même corps de bâtiments, celui de l'ancienne aula comtale où siège encore aujourd'hui le Conseil d'État neuchâtelois.".

 

Château de Neuchâtel

Canton de Nidwald en Suisse

 

 

Nidwald se trouve au centre de la Suisse. Au nord, le canton est limité par le lac des Quatre-Cantons. Dans les autres directions, il est limité par des chaînes de montagnes.

 

 

 

 

Les cantons voisins sont : au nord le canton de Lucerne et de Schwytz, à l'est le canton d'Uri, au sud les cantons d'Obwald (Engelberg) et Berne et enfin à l'ouest le canton d'Obwald. L'Engelberger Aa forme la vallée principale du canton et se jette dans le lac des Quatre-Cantons. Les deux côtés de la vallée sont bordés par des massifs montagneux tels que le Stanserhorn ou le Buochserhorn. Le canton est composé de onze communes et n'est pas divisé en districts.

Le chateau de Winkelried en Suisse

 

Outre le Rosenburg, centre primitif de la métairie de Stans, cette ville a conservé jusqu'à notre époque un second siège ayant appartenu à une famille noble, la maison dite Winkelried, sise à l'extérieur de l'agglomération, à Oberdorf. Elle doit son nom à ceux qui pendant un certain temps furent ses habitants, les Winkelried, mais ce nom ne lui fut attribué qu'à la fin du XVe siècle.

 

 

Aujourd'hui, la maison Winkelried offre au passant l'image d'un bâtiment à plusieurs corps, construits à différentes époques et auxquels maints propriétaires ont donné leur empreinte. Nous distinguons plus particulièrement les trois importantes parties suivantes: le noyau moyenâgeux, les agrandissements entrepris entre 1560 et 1578 par le chevalier Melchior Lussy et enfin les grandes appartenances construites de 1599 à 1602. La partie la plus ancienne a conservé son aspect de tour et se trouve à l'angle sud; ses murs, d'une hauteur de 10 mètres ont une épaisseur de presque un mètre. La tour de la fin du Moyen Age remonte, certes, à l'époque qui a précédé la reprise de cette demeure par Lussy, mais n'est pas le siège primitif de la lignée des Winkelried. De nos jours, la chapelle domestique se trouve au premier étage. Vers 1600, elle occupait le rez-de-chaussée, où l'avait fait installer le chevalier Lussy lorsqu'il fut atteint de paralysie. Ce sanctuaire possède un remarquable dallage en couleurs, orné des armes du chevalier Melchior de Lussy et de sa quatrième épouse, Agatha Wingartner. Le reste de l'aménagement intérieur - le plafond rococo et l'autel avec son portrait de Charles Borromée - date de l'époque du landammann Traxler. On trouve encore au rez-de-chaussée, dans la pièce qui forme l'angle sud-ouest, des fresques représentant des scènes de la Passion; nombre d'entre elles ont toutefois été recouvertes de boiseries.

Le canton de St Gall en Suisse

 

Le canton de Saint-Gall (SG, en allemand Kanton St. Gallen) est un canton de Suisse

Le canton est situé dans le Nord-Est de la Suisse. Il est entouré au nord par le lac de Constance et le canton de Thurgovie. À l'est il est séparé de l'Autriche et du Liechtenstein par la vallée du Rhin. Au sud, il est bordé par les cantons des Grisons, de Glaris et de Schwytz et à l'ouest par le canton de Zurich.

 

Les deux demi-cantons d'Appenzell Rhodes-Intérieures et Appenzell Rhodes-Extérieures sont enclavés dans le canton de Saint-Gall.

Les principales rivières du canton sont le Rhin, la Thur, le Linth et le Seez. La topologie varie des plaines dans le nord près de la vallée du Rhin et du lac de Constance au sud montagneux. À peu près un quart du canton est recouvert de forêt et la moitié de pâture alpine.

Chateau de Wartegg en Suisse

 

Le château de Wartegg est situé à Rorschach sur les hauteurs du lac de Constance en Suisse. Il fut construit à la moitié du 16ème siècle. De style renaissance, il a accueilli plusieurs occupants célèbres comme le marquis de Bombelles lors de la révolution française et en 1960 l’impératrice Zita d’Autriche.

Née princesse de Bourbon-Parme, l’impératrice Zita retrouvait une propriété familiale.

Le château avait en effet été la résidence de la duchesse de Parme, née princesse Louise de France, soeur du comte de Chambord en 1859.

 

 

 

C’est là que naquit en 1886 le prince Sixte de Bourbon-Parme (frère de Zita), fils du duc Robert de Parme et de l’infante Maria Antonia de Portugal.

L’impératrice Zita revint en 1985 à Wartegg pour l’inauguration d’un musée. Elle était accompagnée par l’un de ses petits-fils l’archiduc Carl Christian de Habsbourg-Lorraine et son épouse la princesse Marie Astrid de Luxembourg.

 

Le château est ensuite tombé en léthargie. Il a fallu attendre les années 90 pour que des travaux de rénovation soient entrepris. Le château est depuis devenu un hôtel et accueille également des séminaires.

 

Canton de Schaffhouse en Suisse

Situé au nord de la Confédération suisse, à la frontière avec l’Allemagne, ce canton, presque entièrement confiné à la rive droite du Rhin, est composé de trois parties : une partie centrale rassemblée autour de la capitale cantonale, Schaffhouse, et dans laquelle est enclavée la commune allemande de Büsingen, ainsi que deux exclaves : l’une concentrée autour des communes de Stein am Rhein et Ramsen, l’autre formée des communes de Buchberg et Rüdlingen. Les cantons limitrophes sont Zurich et de Thurgovie

Château le Munot en Suisse

 

Après l'entrée de Schaffhouse dans la Confédération en 1501 et juste après la réformation de 1529, la ville souhaita fortifier ses défenses. Après des années de palabres et de plans, le Conseil décida le 6 novembre 1563 de construire une nouvelle forteresse d'artillerie. Le Munot fut construit de 1564 à 1589.

 

Le Munot faisait partie des fortifications de la ville. Mais en plus cet édifice était le symbole de la puissance de la ville.

Mais peu après la fin de la construction, l'utilité de cette forteresse fut mise en doute. La puissance de l'artillerie augmentant sans cesse. Le Munot fut occupé une seule fois en 1799 par les troupes françaises.

Au début du 19è siècle le Munot perdit toute importance stratégique. Il fut transformé en carrière.

Johann Jakob Beck (1786-1868), professeur de dessin à l'école cantonale fut le sauveur du Munot. Sur son initiative, en 1826, on commença la restauration de la forteresse. En 1839, il fonda une association pour la sauvegarde du Munot

Canton de Schwytz en Suisse

 

Le canton de Schwyz (SZ - en allemand Kanton Schwyz) est un canton de Suisse, l'un des trois cantons fondateurs du pays. Schwytz est une orthographe romande parfois utilisée pour ce canton.

 

 

 

 

Avec les cantons d'Uri et d'Unterwald, le canton de Schwyz est l'un des trois cantons fondateurs de la Suisse, il s'agit de la Confédération des III cantons. Entre 1798 et 1803, il faisait essentiellement partie du Canton de Waldstätten, sauf les districts de March et de Höfe qui dépendaient du canton de Linth. C'est également le canton qui a donné son nom au pays (Schweiz).

Le canton de Schwyz se trouve en Suisse centrale, entre le lac de Zoug, le lac des Quatre-Cantons et le lac de Zurich. Il est limitrophe des cantons d'Uri, de Glaris, de Saint-Gall, de Zurich, de Zoug et de Lucerne.

Morgarten et Rothenthurm en Suisse

Le retranchement de Morgarten formait un verrou transversal d'une longueur d'environ deux kilomètres. Sa construction fut facilitée par l'existence d'une arête rocheuse s'étirant dans le même sens et tombant presque à pic du côté nord. II fallut toutefois renforcer artificiellement onze passages naturels. Les murs de ce retranchement atteignaient plusieurs mètres de hauteur. Au point le plus bas du barrage, on voit s'élever aujourd'hui encore, sur un éperon rocheux, la tour d'où l'on pouvait contrôler la route menant du lac d'Aegeri à Sattel.

 

D'une hauteur de onze mètres, cet ouvrage mesure à sa base 6,1 mètres sur 6,3. L'entrée surélevée a été aménagée très haut dans le mur méridional, à un endroit où le mur a encore une épaisseur de 1,1 mètre. Aucune fenêtre n'éclaire cette tour; seules trois étroites fentes permettent un minimum d'aération. La maçonnerie présente un appareil irrégulier de moellons taillés aux angles, de même que de blocs de grès et de poudingue. Les trous de boulin qu'on voit encore dans la partie supérieure de la tour indiquent qu'une galerie de bois a autrefois dû former le couronnement de la tour.

Aujourd'hui, celle-ci est coiffée d'un toit en pavillon; Lorsque la route fut construite, vers 1850, on détruisit malheureusement une porte à encadrement rectanDepuis toujours, une porte a fait partie de cet ouvrage. C'est par celle-ci que passait la vieille route reliant Schwytz et le lac de Zurich. L'actuelle porte date de 1827. Comme pour Morgarten, nous possédons un vieux document qui cite le retranchement de Rothenthurm. En 1310, des gens de Schwytz vendirent des terres communes afin de pouvoir, grâce au produit de cette vente, ériger le mur d'Altmatt. Ce mur est lié aux différends de frontière qui mirent aux prises les Schwytzois et le couvent d'Einsiedeln. Un autre texte encore fait allusion à l'ouvrage de Rothenthurm, une élégie de Rudolf von Radegg, qui assista à l'attaque lancée dans la nuit du 6 au 7 janvier 1314 par les Schwytzois contre le couvent et fut fait prisonnier par les soldats de Schwytz. Sur le chemin du retour, ces derniers traversèrent avec leurs prisonniers une région défendue par un mur. Il ne peut s'agir que de celui qui s'élevait au-dessous du «Katzenstrick», donc du mur d'Altmatt. Selon la tradition écrite, le retranchement de Rothenthurm a été construit avant 1314. Les gens du pays voulaient à tout prix se protéger contre les mesures de représailles du couvent et de ses protecteurs temporels, les Autrichiens. Les incidents frontaliers avaient en effet pris de telles proportions qu'ils s'attendaient à tout moment à une invasion des prévôts habsbourgeois et de leur armée de chevaliers.gulaire.

 

Château Montebello et Schwytz en Suisse

Montebello est un château situé à Bellinzone en Suisse.

Il est également connu sous les noms de Château Saint Martin ou Castello Piccolo (petit château) ou Château de Schwytz.

 
Le Château de Montebello photographiée par Paolo Monti
 

Avec le Castelgrande, le Château de Sasso Corbaro et la muraille qui ceinture la ville, Il fait partie d'un ensemble inscrit depuis 2000 au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

Il se trouve sur une arête rocheuse qui surplombe la ville.

C'est le deuxième château de la ville qui a été construit, après Castelgrande. Il a été érigé par les Rusca à la fin du XIIIe siècle. Ceux-ci ont dû se retirer à Montebello, chassées de Bellinzone par les Milanais.

Montebello a été agrandi et renforcé par les Milanais au XVe siècle. C'est le mur d'enceinte actuel.

La chapelle Saint-Martin date du XVIIe siècle.

Aujourd'hui, c'est le Musée Civique : sections d'archéologie et d'histoire retraçant les origines de la ville.