Bas-Rhin : Châteaux forts en ruine

Château du Nideck

Château du Haut-Barr

Château du Haut-Andlau

Château de Fleckenstein

Château de Spesbourg

Château du Hohenfelds

Château de Bernstein

Château du Schoeneck

Château du Grand Geroldseck

Château du Petit Geroldseck

Château du Landsberg

Château du Nideck

 

Situé sur les hauteurs de la route qui mène d'Oberhaslach à Wangenbourg, le château du Nideck est mentionné pour la première fois dans une charte en 1264, propriété du sire Bourckard, burgrave du Nideck. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1898.

 

En 1336, il est fait mention d'un second château, en contrebas du premier édifice, fief de l'évêché de Strasbourg et détenu par les landgraves de Basse-Alsace.

Le Nideck est ensuite la propriété des seigneurs de la région, aux XIVe et XVe siècles, au gré des différents conflits régionaux et autres brigandages. Il est assiégé par les Strasbourgeois en 1448. La famille de Müllenheim entre en possession du château et le conservera jusqu'en 1509. Il est définitivement détruit par un incendie en 1636.

Le château surplombe la cascade du Nideck, facilement accessible à pied.

Château du Nideck
67280  Oberhaslach

Château du Nideck

Château-fort du Haut-Barr Saverne

 

Fondé au XIIe siècle, le château du Haut-Barr se dresse au sommet d'un rocher de grès en barre; la longueur de son enceinte est donc bien plus imposante que sa largeur, ce qui lui donne ses caractéristiques spécifiques. Il est classé monument historique depuis 1874.

 

 

 

La première partie édifiée du site date de 1170, alors que les évêques de Strasbourg cherchent un point idéal pour surveiller la vallée de la Zorn. Le château de Haut-Barr obtient alors le surnom d' "oeil de l'Alsace".
Il est transformé et remanié au XIVe siècle, occupé un moment par des troupes lors de la Guerre de Succession espagnole, mais fini abandonné définitivement en 1770.

De la première version de l'édifice du XIIe siècle, on remarque encore un logis seigneurial, ainsi que la chapelle romane St Nicolas. On retrouve également des fortifications qui s'ajoutèrent par la suite lors de remaniement du château (remparts, tour d'artillerie...), mais aussi la chapelle castrale, qui allie éléments gothiques et romans.
Le "Pont du Diable", toujours en place, permetait de franchir les trois parties du rocher sur lequel le Haut-Barr est assis.

Enfin, un des premiers intérêts du site est sa vue époustouflante sur une partie de la plaine d'Alsace; les jours de beau temps, le visiteur peut même apercevoir la flèche de la Cathédrale de Strasbourg !

67700 Saverne
Château du Haut-Barr

Château-fort du Haut-Barr Saverne

Château d'Andlau

 

Le château d'Andlau (Haut-Andlau ; allemand Hohandlau) se situe dans la commune française d'Andlau, dans le département du Bas-Rhin.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis juin 1926.

Construit sur une étroite barre granitique, à 451 mètres d'altitude, le Haut-Andlau domine les vallées d'Andlau et de la Kirneck.

 

Le constructeur du château en bloc granitique est très certainement Eberhard d'Andlau entre 1246 et 1264. En 1678, après le rattachement de l'Alsace à la France, il est pillé par les troupes du maréchal de Créquy. Le château reste aux mains des comtes d'Andlau jusqu'à la Révolution française et sert ensuite de résidence à un forestier garde-chasse au service de la famille.

Confisqué comme bien national, il est vendu en 1796 à un commerçant qui, à partir de 1806, vend le château morceau par morceau dans l'indifférence générale. En 1818, Frédéric-Antoine-Marc d'Andlau rachète la ruine et la sauve de la destruction. Des travaux de consolidation sont entrepris en 1859. Le château est classé monument historique en 1926 et est consolidé en 1927-1928 par une campagne de restauration lancée à l'initiative du Club vosgien. Il appartient toujours à la famille d'Andlau.

En 1998 un morceau de l'enceinte tombe montrant la fragilité du site et son état avancée de délabrement. Le comte Guillaume d'Andlau crée en 2000 une association des amis du château d'Andlau pour fédérer les volontés.

Sous son impulsion l'association mène plusieurs campagnes de travaux. Des chantiers d'insertion sont également organisés depuis 2005. le château devient le centre de multiples activités tournant notamment autour de l'art contemporain et la formation.

Le comte Guillaume d'Andlau est devenu le propriétaire du château en 2005 et une convention de gestion du site a été signée en 2008 entre le nouveau président de l'association Raoul Bock et le propriétaire. Le château s'étage sur deux niveaux. La partie haute est bâtie sur une étroite arête d'environ vingt-cinq mètres de largeur et quatre-vingt mètres de longueur orientée du sud - sud-est au nord - nord-ouest. Elle est constituée par un long logis d'habitation à trois niveaux flanqué et surmonté à chaque extrémité d’une tour quasi-circulaire d'environ dix mètres de diamètre. Le niveau le plus bas est percé d'archères et les deux supérieurs sont éclairés par de nombreuses fenêtres. Le château est bâti d'un seul tenant, seule la basse-cour ayant connu des transformations au XVIe siècle. Comme pour le château du Spesbourg voisin, le matériau utilisé est le granite extrait sur place. À l'est, une forte pente de la montagne lui sert de défense naturelle alors que sur les autres côtés, un large et profond fossé taillé dans le roc l'isole et le protège.

Adresse: Château Andlau, 67140 Andlau

 

Château d'Andlau

Château de Fleckenstein

 

Le château de Fleckenstein est un château fort semi-troglodyte qui se situe dans la commune française de Lembach, dans le département du Bas-Rhin. C'est le deuxième château le plus visité en Alsace – après celui du Haut-Koenigsbourg. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1898.

 

Le château de Fleckenstein, attesté en 1165 a été construit à partir du XIIe siècle, et ce fief est resté aux barons de Fleckenstein jusqu'en 1720. Au XVIe siècle le château du Fleckenstein. Il était partagé entre les deux branches des Fleckenstein. Les armes de Frédéric de Fleckenstein et celles de sa seconde femme, Catherine de Cronberg ornent la tour d'escalier.

Il faisait partie d'une série de châteaux qui surveillaient la route de liaison entre Bitche et Wissembourg. Il fut détruit en 1689 par le général Melac, commandant des troupes du baron de Montclar sous Louis XIV. Le fief passe aux Vitzthum d'Egersberget, en 1812 les ruines sont rachetées par un particulier, J.-L. Apffel, puis il passe en 1812 au général Harty, baron de Pierrebourg, en 1919 à l'État, puis en 1958 au syndicat d'initiative de Lembach.

Cette forteresse a été plusieurs fois remaniée. D'une longueur de quatre-vingt-dix mètres, d'une hauteur de trente mètres et d'une largeur de dix mètres, ce château fort a la forme d'un navire. Le château est érigé au Moyen Âge au sommet de pitons de grès rose. Un ingénieux système de collecte des eaux de pluie alimentait une citerne et un monte-charge permettait de monter l'eau et autres fardeaux aux étages. Il reste à l'intérieur des murs d'enceinte la basse cour, une tour carrée, des galeries creusées dans le rocher ainsi que des salles comme celle des Chevaliers.

Les parties les plus anciennes, romanes, sont les escaliers creusés à même le rocher, les pièces troglodytiques et la citerne sommitale.

La tour du puits est constituée d'une partie inférieure du XIIIe siècle, surmontée de constructions des XVe et XVIe siècles. La porte intérieure de la basse cour est datée 1407 ou 1423 et la porte extérieure 1428 ou 1429.

Murailles, tours, courtines, fossés, barbacane défendent le château dont il ne reste que des vestiges : traces d'un donjon carré, caves, murs du logis et vestige de tourelle d'escalier, prison creusée dans le rocher et la salle des archives dont la porte est ornée des écus des Fleckenstein. 

Adresse: Lieu-dit Fleckenstein, 67510 Lembach

Château de Fleckenstein

Château du Spesbourg

 

Le château du Spesbourg est un château fort en ruines situé dans la commune française d'Andlau, dans le département du Bas-Rhin. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1967.

 

 

Le château du Spesbourg est situé sur un éperon du Rotmannberg, à 460 mètres d'altitude. Il a été construit entre 1246 et 1250 par Alexandre von der Dicka, burgraf de Strasbourg et avoué de l'abbaye d'Andlau, sur des assises plus anciennes.

Entre les mains de ses descendants jusqu'à l'extinction de la famille, tous les membres sont tombés à la bataille de Sempach en 1386, le château revient aux comtes d'Andlau. Le 29 mars 1431, le Spesbourg est assiégé et pris par le duc Étienne de Bavière, mais promptement repris par les d'Andlau. Il est incendié par les bourgeois de Barr (XVIe siècle).

Les historiens attribuent sa construction à l'avoué de l'abbaye d'Andlau, Alexandre de Stahleck-Dicka, originaire de Mayence. Le château n'est mentionné qu'en 1322 pour la première fois.
Le Spesbourg est transmi aux seigneurs d'Andlau en 1386, à la mort de Gauthier de Dicka. Le château est définitivement ruiné pendant la Guerre de Trente Ans (1630), alors qu'il servait de refuge aux habitants.

A la Révolution, l'édifice est diminué de nombreuses pierres, utilisées pour créer d'autres bâtisses. Après plusieurs propriétaires, le château revient définitivement à la commune d'Andlau en 1904.

Depuis 1985, une association se charge de restaurer et d'entretenir les vestiges du Spesbourg ; le site est ainsi plus aisément accessible pour la visite et mieux sécurisé. L'Association pour la Restauration du Château du Spesbourg (Andlau) organise régulièrement des événements sur site.

 Le Spesbourg possède un large donjon carré haut de 24 mètres (non accessible) et une cour intérieure.
Le logis seigneurial est ajouré vers l'Est par des fenêtres en arc brisé, dont certaines encore ornementées de grès. Une oeuvre d'art contemporain de Marc Linder est intégrée dans l'une des baies.

Des fragments de fresques de plusieurs couleurs sont visibles sur l'une des voûtes de la ruine ; avec les chapiteaux de cheminées sculptées, elles évoquent un raffinement peu connu au XIVe siècle.

Adresse: Val d'Andlau, 67140 Andlau

Château du Spesbourg

Château de Hohenfels

 

Le château de Hohenfels se situe au lieu-dit Hohenfels, dans la commune française de Dambach, dans le département du Bas-Rhin.

La totalité du château (vestiges et éléments troglodytiques) fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 30 décembre 1985.

 

 

Le château est édifié à la fin du XIIIe siècle et cité pour la première fois vers 1293. Il est détruit une première fois par les troupes de Strasbourg et de Haguenau en 1423 puis une seconde fois pendant la guerre des Paysans en 1525. Ce château semi-troglodytique est construit sur un entablement de grès séparé de la crête par un fossé sec taillé dans la masse rocheuse. Le château était constitué de six niveaux et permettait de surveiller les voies d'accès vers la Lorraine. Il a sans doute été remanié au XVe siècle.

  • Les vestiges de l'ancien mur fermant la basse-cour.
  • Le mur bouclier en pierres à bossage à liseré large.
  • La citerne creusée dans le grès et son système d'arrivée d'eau.
  • Il ne subsiste de la basse-cour que des fragments de murs et une citerne.
  • La plate-forme ouest a conservé quelques vestiges ainsi qu'une salle creusée dans le rocher.
  • Le logis seigneurial, au sommet du rocher est, a conservé son mur nord en pierres de taille à bossage sur trois niveaux.

C'est le premier château d'Alsace qui a fait l'objet de fouilles archéologiques entreprises de façon scientifique.

Château de Hohenfels
67110  Dambach

Château du Bernstein - Dambach-la-Ville

 

Ce château fort en granit est l'un des plus anciens d'Alsace, si ce n'est le plus ancien; sa première mention remontant au début du XIe siècle, en 1009. Il est classé monument historique depuis 1932.

Le château a probablement été édifié au Xe siècle, puisque cité pour la première fois en 1009; néanmoins, la version qui subsiste actuellement à l'état de ruine doit dater du XIIe siècle.


Le château aurait hérité son nom de la famille d'ours vivant sur le site avant la première forme du château.

Après l'extinction des comtes d'Eguisheim-Dabo, fondateurs et premièrs propriétaires du Bernstein, le château devint propriété de l'évêché de Strasbourg dès 1227 jusqu'en 1580, après que l'évêque ait pris la bâtisse à la dernière héritière des Eguisheim-Dabo, Gertrude.
Ce fut une chance pour l'édifice, qui fut restauré complètement par l'évêque pour en faire le siège du ban local, confié à un bailli.

Le château changea plusieurs fois de main au cours du XVe siècle, et fut déserté par les évêques à la fin du XVIe siècle. Laissé à l'abandon, il est successivement pillé par les Suédois en 1632 puis pendant la Révolution.

Enfin, il fut est abandonné jusqu'au début du XIXe siècle, quand Félix de Dartein l'acheta ; il y fit construire une maison avec des dépendances vers 1835.

Le haut château comporte un donjon pentagonal haut de 18 mètres, le corps de logis seigneurial de plan hexagonal, percé de meurtrières au rez-de-chaussée et de fenêtres en plein-cintre à l'étage, et une tour carrée ayant abrité la chapelle castrale.

Château du Bernstein
67650  Dambach-la-Ville

Château du Bernstein - Dambach-la-Ville

Château du Schoeneck - Dambach

Daté de la fin du XIIe - début du XIIIe siècle, le château semi-troglodytique du Schoeneck à Dambach serait une construction des Hohenstaufen. Il est classé monument hostorique depuis 1984.

Construit à l'extrémité d'une barre rocheuse, le Schoeneck aurait eu pour but premier de chasser les brigands installés dans la zone. Il reste peut de temps aux mains des Hauhenstaufen, passant tour à tour dans les biens fonciers de l'évêché de Strasbourg, des seigneurs de Lichtenberg et de Schoeneck, du Palatinat et de Bitche.

En complément de défense, pour assurer ses arrières et observer les venues de Lorraine, ont été élevé deux autres castels, plus modestes mais toujours visitables, bien qu'également en ruine : le château de Wineck et celui de Hohenfels.

 

De nombreuses fois détruits puis reconstruit, fortement modernisé par le seigneur de Durckheim qui y construit une tour d'artillerie qui deviendra la plus grosse tour d'artillerie d'Alsace avant que celle du Haut-Koenigsbourg soit bâtie.
Mais le château est finalement ravagé par les troupes de Louis XIV en 1680, puis lors de la Révolution Française.

Les vestiges du château disposent encore d'une barbacane du XVIe siècle, des logis du XIIIe siècle et du donjon pentagonal. Entrée (XVIe siècle) est protégée par deux bastions d'artillerie munis de cannonières.

L'association Cun Ulmer Grün procède à sa restauration ainsi qu'à son entretien depuis l'an 2000.

Château du Schoeneck
67110  Dambach

Château du Grand Geroldseck - Haegen

 

Le château du Grand-Geroldseck est un château fort médiéval en ruine situé dans la commune française de Haegen, dans le département du Bas-Rhin. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1898.

 

Il s'agit d'un des plus anciens châteaux des Vosges du Nord, fondé au début du XIIe siècle par les sires de Geroldseck, avoués de l'abbaye de Marmoutier, pour assurer la protection de ses territoires. Il constitue un bel ensemble de demeure seigneuriale. Édifié sur une plate-forme, il combine les fonctions d'habitation et de défense. Il a été fortement remanié aux XIIIe siècle, XIVe siècle et XVe siècle.

 

 

 

Le donjon carré en pierres à bossage avec des murs de trois mètres d'épaisseur, les caves du grand logis seigneurial et la barbacane sont encore visibles.

Château du Grand Geroldseck
67700  Haegen

 

Château du Grand Geroldseck - Haegen

Château du Petit Geroldseck - Haegen

 

Le château du Petit-Geroldseck se situe dans la commune française de Haegen, dans le département du Bas-Rhin. Depuis Saverne, prendre la D 171, puis la route forestière jusqu'au lieu-dit le Hexentisch. Suivre enfin un sentier balisé de la croix de Saint-André rouge. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1898.

 

 

 

La destinée du château est très liée à celle du Grand-Geroldseck. Il date du XIIIe siècle. Les ruines ne présentent en elles-mêmes qu'un intérêt limité, mais elles s'ouvrent à l'est sur les collines de la plaine d'Alsace.

La basse-cour, le donjon, et des vestiges du logis seigneurial sont encore visibles.

Château du Landsberg Heiligenstein

 

Situé à la limite géologique du granit d'Andlau et du grès du Maennelstein qui ont servi à sa construction, le château du Landsberg est classé monument historique depuis 1965.

Le château de Landsberg a été érigé entre 1197 et 1200 par Conrad de Landsberg pour renforcer les Abbayes de Hohenbourg, Niedermünster et Andlau.

 
Le château pouvait également servir de refuge en cas de danger au château de Niedernai. La destruction du château est attribué aux Suédois en 1632, lorsqu'ils déferlèrent sur l'Alsace au cours de évènements de la Guerre de Trente Ans.

Les belles fenêtres romanes géminées du palais et l'oriel de la chapelle castrale confèrent une grande élégance à l'ensemble; la courtine a été renforcée de tours au XIIIe siècle.

Aujourd'hui, il est la propriété du Baron Brice de Türckheim et fait l'objet de travaux de restauration et de fouilles.

Château du Landsberg
67140  Heiligenstein

Château du Landsberg Heiligenstein