Bas-Rhin : Châteaux forts en ruine

Mur païen du Mont Saint Odile

Château de Greifenstein

Château d'Ortenbourg

Château de Bilstein

Château de Windstein

Château Freudeneck

Château Ramstein

Château de Diemeringen

Château de Dreistein

Mur païen du Mont Saint Odile - Ottrott

 

Le « mur païen » est le vestige d'une muraille ancienne située sur le mont Sainte-Odile (Odilienberg en allemand), un mont vosgien, situé dans le département du Bas-Rhin, culminant à 764 mètres d'altitude et surmonté par un couvent fondé par sainte Odile, l'abbaye de Hohenbourg, qui surplombe la plaine d'Alsace.

 

 

Le mur païen (en allemand : Heidenmauer, en alsacien d'Heidamür(a)) est une enceinte d'une longueur totale de onze kilomètres faisant le tour du plateau du mont Sainte-Odile. Formé d'environ 300 000 blocs cyclopéens, il fait entre 1,60 m et 1,80 m de large et peut atteindre trois mètres de hauteur.

Mur païen du Mont Saint OdileMont Sainte Odile
67530  Ottrott

Château de Greifenstein (Griffon) - Saverne

 

Le château de Greifenstein (Griffon) se situe dans la commune française de Saverne, dans le département du Bas-Rhin. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1898.

Le Grand-Greifenstein est sans doute fondé dès la première moitié du XIIe siècle par le chevalier Meribodo de Greifenstein qui a des liens étroits avec la famille d'Ochsenstein. Le Petit-Greifenstein date de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle.

 

On distingue deux châteaux séparés par un large fossé. Le plus ancien possède le plus large donjon d'Alsace avec ses treize mètres de côté. Une tour rénovée se dresse entre les deux donjons au milieu de l'ouvrage. Elle était probablement rattachée au Grand-Greifenstein. De sa terrasse on possède une vue imprenable sur Saverne, le Haut-Barr, le Grand-Geroldseck, la vallée de la Zorn et la chapelle Saint-Vit.

La première mention du château est faite à l'énonciation d'un certain chevalier Meribodo de Greifenstein, au service de l'évêque de Strasbourg, en 1156. La famille de Greifenstein serait parente des Ochsenstein, propriétaire d'une partie du château en 1217.

Au XIVe siècle, l'évêque de Strasbourg devient suzerain du site, et à l'extinction des Greifenstein, en 1450, le château est inféodé aux Hohenbourg, puis en 1482 aux Kirchheim.

En 1470, la forteresse est occupée par les ennemis du comte palatin Frédéric, puis à nouveau rendue à l'évêque. Au XVe siècle, les textes mentionnent l'existence au château d'une chapelle Saint-Vit. En 1516, l'évêque est propriétaire des deux parties de la forteresse, ruinée durant la guerre de Trente Ans.
En 1670, le château servira de carrière pour la construction du palais du cardinal-évêque François Egon de Furstenberg à Saverne.

 

Le château est en fait composé de deux parties, nommées "Petit Greifenstein" et "Grand Greifenstein", séparés par un fossé. Le "Grand" a la particularité de posséder le plus large donjon d'Alsace, datant du XIIe siècle avec ses 13 mètres de largeur en grès rouge. Le "Petit" possède plutôt le logis seigneurial, en moins bon état.
Une tour d'apparence plus récente se dresse entre les deux parties; on peut grimper jusqu'à sa plate-forme afin de jouir de la vue imprenable sur toute la vallée de la Zorn.

Château de Greifenstein (Griffon)
67700  Saverne

 

Château de l'Ortenbourg - Scherwiller

 

L'Ortenbourg (ou Ortenberg) est, avec le Ramstein, l'un des deux châteaux qui dominent la commune de Scherwiller, située à 7 km de Sélestat, dans le département du Bas-Rhin. Les ruines du château s'élèvent sur un piton rocheux, à 437 m d'altitude.

 

L'ensemble des deux châteaux fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis juillet 1924.

Ce château tient son nom de la famille Ortenberg, présente à Scherwiller depuis le Xe siècle.

Le château de l'Ortenbourg construit en granit lisse et blanc au XIIIe siècle est un bel exemple d'architecture militaire de l'Alsace médiévale. Il possède encore un donjon pentagonal de 32 m, un rempart de 17 m muni de trois rangées d'archères et un logis seigneurial à fenêtres gothiques. Un grand fossé le sépare du reste de la montagne.

Château de l'Ortembourg
67750  Scherwiller

 

 

Château de l'Ortenbourg - Scherwiller

Château du Bilstein - Urbeis

 

Le château Bilstein est un monument historique situé à Urbeis, dans le département français du Bas-Rhin.

Dominant le village d’Urbeis, le château du Bilstein édifié en pierres de grès rose, avait pour mission de défendre la vallée de Villé. Accessible par une passerelle en bois, le château est séparé de la montagne par un fossé d’une grande profondeur.

 

Composé d’un donjon supérieur jouxtant un donjon inférieur, l’on sait peu de choses du Bilstein"lorrain" (à ne pas confondre avec le Bilstein alsacien près d’Aubure). Mentionné pour la première fois au début du 13 ème siècle, le château change plusieurs fois de mains : il passe aux Habsbourg en 1250 puis est cédé à l’évêque de Strasbourg en 1315.

En 1477, lors de la Bataille de Nancy, le chevalier Hans Marx aidé d’Adam Zorn et de Hans Lembel capturent le Comte Engelbert de Nassau. Ils l’emmènent au Bilstein pour s’approprier sa rançon, mais la Ville de Strasbourg, qui a droit à une partie de la somme, assiège, bombarde et prend le château .

Aujourd’hui, le château, en très mauvais état, offre une vue splendide sur la vallée de Villé.

 

Château du Bilstein

67220  Urbeis

Châteaux de Windstein

 

Le château du Vieux-Windstein se situe sur la commune de Windstein, dans le département du Bas-Rhin.

La ruine est située sur une étroite barre gréseuse, à une hauteur de 340 m, directement au-dessus du petit bourg de Windstein, dans les Vosges du Nord.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 9 novembre 1984.

 

La première mention du château est datée de 1205. En 1212, par l'intermédiaire de Petrus V, abbé de Neubourg, le château est construit par les Hohenstaufen pour protéger leur chateau impérial de Haguenau. C'était un fief d'empire que possédait la famille de Windstein. Puis le château fut en double propriété : les sires de Sickingen et de Schmalenstein en possédant chacun une partie.

Devenu un repaire de brigands, le château est détruit en 1332, à la suite d'un conflit avec la ville de Strasbourg. Malgré l'interdiction de reconstruction qui s'ensuivit, il est relevé au cours du XIVe siècle, puis incendié en 1515. Il passe ensuite en possession des Dürckheim. Sa ruine définitive par les Français datant de 1676.

 

Château du Vieux Windstein

 

Châteaux de Windstein
67110  Windstein

 

Nouveau Windstein

Ruines du Château du Freudeneck - Wangenbourg-Engenthal

 

Ce château situé sur la crête du Schlossberg se tient à 390 mètres d'altitude et domine la rivière Mossig.

 

 

 

 

Cette situation géographique, au bord des falaises, lui confère une protection imparable pour empêcher les ennemis de l'envahir. Ce château avait un rôle de surveillance, pour alerter son voisin, le château de Wangenbourg, en cas d'attaque.

Il ne reste pas grand chose de l'édifice en ruine. On peut encore voir les restes du donjon, la basse-cour, les ruines des fortifications. On devine l'emplacement de la porte fortifiée, sûrement munie d'un pont-levis.

Ruines du Château du Freudeneck

67710  Wangenbourg-Engenthal

Château de Ramstein - Scherwiller

 

Le château de Ramstein est situé sur la commune de Scherwiller, dans le département du Bas-Rhin. Son nom provient probablement de Ram (corbeau) et Stein (pierre) et signifierait rocher du corbeau.

Le château de Ramstein est une ruine située sur la même crête que le château de l'Ortenbourg.

 

 

Campé à 384 m d'altitude, il est dominé par le château de l'Ortenbourg dont il n'est séparé que de quelques centaines de mètres. L'ensemble des deux châteaux fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis juillet 1924.

Il fut construit vers 1292 par Otton d'Ochsenstein pour servir de base arrière lors du siège du château de l'Ortenbourg lors du conflit qui oppose les Habsbourg à Adolphe de Nassau. Il passa ensuite en 1364 aux Zorn de Bulach. Il fut pris et dévasté par les strasbourgeois en 1420. Initialement constitué d'une simple tour pouvant recevoir une machine de guerre, il s'agrandit par la suite en un vrai château. Il est détruit en 1633 par les Suédois durant la guerre de Trente Ans. Il ne reste du château que la muraille extérieure et deux tourelles. Ces dernières furent construites en 1793 pour défendre l'entrée des Vosges.

Château de Ramstein
67750  Scherwiller

Château de Ramstein

Châteaux de Diemeringen

 

Localement cette forteresse est connue sous le nom de Château de SALM.

Les châteaux de DIEMERINGEN se trouvent sur la commune du même nom,  au centre de l'agglomération, place du château, à environ 230 mètres d'altitude.
 
 
 
 
 
HISTOIRE
 
La première mention du château remonte à l'an 1275. Hugue de FENETRANGE épouse Catherine de DEUX-PONTS, héritière de la seigneurie de "DYMERINGEN". A partir de 1350 apparaît une famille noble DE DIEMERINGEN qui est châtelaine. La place est engagée par Henri de FENETRANGE à Philippe 1er DE NASSAU. Cette engagère prend fin en 1474. A cette date les FENETRANGE s'éteignent. Barbe de FENETRANGE dernière de sa lignée épouse le comte Nicolas de MOERS-SAARWERDEN. Cette propriété sera de courte durée. Dès 1482 le château est dans les mains du Rhingrave JEAN VI de SALM. Les SALM seront les derniers maîtres du château.
 
1525. Révolte des Rustauds. Le duc de Lorraine ANTOINE LE BON pacifie la contrée. Survient la Guerre de Trente-Ans. DIEMERINGEN est occupé de 1629 à 1643 par les troupes de CHARLES IV de Lorraine. Les Suédois à la solde du roi de France conquièrent les lieux en 1634 mais en sont chassés par les Impériaux en 1635. Une nouvelle occupation lorraine a lieu entre 1647 et 1659.
 
Le 3 mars 1674 alors que la guerre de Hollande bat son plein, les troupe de TURENNE assiègent le château qui est pris et démantelé. En 1677 les terres du Rhingrave de SALM sont en grande partie annexées par la France avant d'être restituées à la Lorraine ducale au traité de RYSWICK en 1697.

Un nouveau château est construit à proximité des ruines féodales à la fin du XVII° siècle. Le Rhingrave JEAN X s'éteint en 1718. La seigneurie est alors divisée entre ses héritiers: Les princes de SALM-SALM et les princes de SALM-KIRBURG entre autres.
 
Les terres de DIEMERINGEN resteront une enclave des pays de SALM jusqu'en 1793 lorsque les habitants de la principauté de SALM-SALM obtiennent le rattachement provisoire du pays à la France (voir châteaux de SENONES), DIEMERINGEN est alors rattaché au département de la Moselle avant d'être cédé à celui du Bas-Rhin pour un motif religieux.
 
ÉTAT ACTUEL
Il ne subsiste que la base de l'une des quatre tours du château-fort. Le nouveau château est quant-à lui une propriété privée qui ne se visite pas.
 
ACCÈS
On peut stationner la voiture sur le petit parking implanté à l'angle de la rue du château de SALM. Le nouveau château se trouve à proximité. Les ruines elles se trouvent sur un grand parking situé en contrebas de la voie ferrée.
 
Adresse :
 
rue de la Gare
67430 Diemeringen

Château de Dreistein

Le château de Dreistein est un château fort en ruines situé dans la commune française d'Ottrott, dans le département du Bas-Rhin. Il s'agit en fait de trois châteaux construits sur trois promontoires rocheux juxtaposés, d'où le nom "drei Stein", "trois pierres" en allemand médiéval. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 6 mars 1990.

Le château de Dreistein est situé sur le massif du Mont Sainte-Odile, à l'Ouest de l'abbaye. Il surplombe la vallée de l'Ehn qu'il contrôle avec les châteaux d'Ottrott (Koepfel, Rathsamhausen et Lutzelbourg) et le château du Hagelschloss. Comme ce dernier, il est proche du mur païen du Mont-Sainte-Odile.

Le château de Dreistein a été construit soit au XIIIe soit au XIVe siècle et a été séparé en deux parties plus tard. C'est au XVIIe siècle qu'il aurait été détruit.

Comme tous les châteaux voisins de cette époque, les châteaux de Dreistein sont construits en grès rose des Vosges.

Les vestiges des deux châteaux sont séparés par un fossé. Le château occidental est flanqué d'une tour d'escalier demi hors-œuvre.