Bas-Rhin Châteaux forts en ruines

Château d'Ochsenstein

Château de Lutzelhardt

Château de Lœwenstein

Château de la Roche

Château de Ramstein 

Château d'Odenbourg 

Château du Petit Arnberg

Château du Warthenberg 

Château de Wittschloessel

 

Le château d'Ochsenstein (grand et petit) Reinhardsmunster

Mur de la cour du Grand Ochsenstein, appuyé sur le rocher

 

Le Château d'Ochsenstein se trouve sur le ban communal de Reinhardsmunster, au cœur de la forêt domaniale de Saverne.
Il se situe à 585 mètres d’altitude sur le massif du Schlossberg.

Le château d'Ochsenstein est un château fort en ruines situé dans la commune française de Reinhardsmunster, dans le département du Bas-Rhin. Il était le fief de la Maison d'Ochsenstein, une puissante famille de l'Alsace médiévale.

 

Les ruines de trois châteaux se trouvent sur trois rochers de grès séparés de plusieurs dizaines de mètres. Le rocher le plus au Sud comporte les ruines les plus importantes et la plus grande surface — c'est lui qui est nommé le "Grand Château" dans les textes. Dans le prolongement vers le Nord se trouvent deux autres rochers, plus petits, et comportant moins de vestiges bâtis.

Le château est bâti sur trois éperons de grès et constitue donc en fait trois châteaux séparés : le Grand Ochsenstein, le Petit Ochsenstein et un troisième édifice probablement appelé château de Wachelheim.

Le château d'Ochsenstein fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 6 décembre 1898.

Il est construit sur trois éperons de grès et constitue, en réalité, trois châteaux : le Grand Ochsenstein, le Petit Ochsenstein et le Château de Wachelheim.
Le site est partiellement fermé (seul le Grand Ochsenstein est accessible), mais les restes d'une chapelle castrale sont encore visibles.

Le Grand OCHSENSTEIN est le plus ancien des trois châteaux. Il est élevé sur un territoire nommé MARCHE D'AQUILEE appartenant à l'évêché de METZ. Le château sera le centre de cette petite seigneurie coincée entre les possession de DABO-EGUISHEIM et les terres de l'abbaye de MARMOUTIER. Le château voit le jour au début du XII° siècle. Il est tenu par les nobles d'OCHSENSTEIN. Burckhard, le premier membre connu de cette ligné est cité en 1178. En 1187 il est élevé au rang de comte. La famille est alliée aux Landgraves d'Alsace, de HESSE, aux margraves de BADE et aux HABSBOURG.

Les deux autres châteaux sont élevés au cours du XII° siècle. Othon 1er d'OCHSENSTEIN, fils du précédent, partage le domaine entre ses fils. OTHON II hérite du grand château. OTHON III, sera nommé langvogt d'Alsace ce qui ne l'empèche pas de se livrer au brigandage. Son inconduite fera réagir l'évêque de STRASBOURG Guillaume de HOHENSTEIN qui va profiter de l'absence du châtelain pour réduire le château en cendres en 1284. Dès lors le château est abandonné et va connaître 275 années de délaissement.

A peine sortit des ruines le GRAND OCHSENSTEIN sombre dans le néant. Les ruines échoiront aux HANAU-LICHTENBERG en 1570 puis aux FURSTEMBERG. En 1632 les Suédois abattent les murs restants. Jusqu'en 1736 les landgraves de HESSE-DARMSTADT conserveront les ruines qui seront saisies à la Révolution. Aujourd'hui les châteaux appartiennent au service des Domaines.

ETAT ACTUEL

C'est la ruine la mieux conservée des trois. Il subsiste une tour vestige du corps de garde. Sur le rocher on peut voir la base du donjon, les restes du logis et une citerne. L'accès à la partie septentrionale du rocher est dangereux.

 
REINHARDSMUNSTER 67

Le château d'Ochsenstein à Obersteinbach 67

Château de Lutzelhardt

 

Le château de LUTZELHARDT se trouve sur la commune de OBERSTEINBACH (67) à l'Est du village à 330 mètres d'altitude.

En 1135 siècle le duc de Lorraine SIMON Ier le GROS fonde une abbaye cistercienne à STURZELBRONN (57). Il envisage d'en faire un lieu de sépultures ducal.

 

 

Le château de LUTZELHARDT serait érigé pour y loger une famille de voués qui prendra le nom du château . Les LUTZEHARDT seront aussi bailli de WASSELONNE (67).

En 1250 la famille de HOHENSTAUFFEN hostile aux ducs de Lorraine s'éteint. Le château est alors confié aux comtes de DEUX-PONTS-BITCHE. En 1363 les LUTZELHARDT cèdent leurs droits aux sires de FLECKENSTEIN qui les partagent en 1450 avec leurs cousins les PULLER DE HOHENBOURG. Auparavant le château aura eut à connaître un siège mené par les troupes strasbourgeoises. Il est à nouveau ravagé en 1462 par les bourgeois de WISSEMBOURG. En 1538 le château est signalé en ruines. Sans doute fut-il restauré ultérieurement. En 1570 les DEUX-PONTS-BITCHE disparaissent. Leur héritage est convoité par la famille de HANAU-LICHTENBERG, mais le duc de Lorraine le puissant CHARLES III s'y oppose et conserve le château. En 1606 CHARLES III consent à laisser le LUTZELHARDT aux héritiers des DEUX-PONTS-BITCHE.

En 1618 la guerre de Trente-Ans éclate, elle sera fatale au château, bien que l'on ignore les circonstances exactes de sa destruction définitive.

Le site est classé Monument Historique en 1898 par les autorités allemandes.
 

ETAT ACTUEL

La ruine est dans un état d'abandon avancé, elle est envahie de végétation et l'accès aux rochers est interdit pour des raisons de sécurité. Formant un rectangle presque parfait on peut y voir la basse-cour, une citerne troglodytique et les communs. On aperçoit le donjon et les logis au dessus des roches.

ACCÈS

Sur le CD 3 ou 35 suivant le département dans lequel on l'emprunte, entre OBERSTEINBACH (67) et STURZELBRONN (57), stationner le véhicule sur le parking signalant le château. On atteint les ruines après 15 minutes de marche.

Château de Lutzelhardt

Château de Lœwenstein 67510 Lembach

 

Le château de Lœwenstein se situe dans la commune française de Wingen, dans le département du Bas-Rhin. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis décembre 1898

Le château aurait été construit par les seigneurs de Fleckenstein et en 1283 il devint fief impérial. Il est un repaire de brigands à la fin du XIVe siècle.

 

 

Le château est aussi connu sous le nom de Lindenschmidt. Cette appellation est attestée sur des cartes germaniques du XIXe siècle et notamment la carte d'état-major au 1/80 000 de 1879.

Il proviendrait d'une déformation du nom de "Linkenschmidt" faisant référence à l'un de ces fameux chevaliers brigands qui avait pris l'habitude de ferrer ses chevaux à l'envers afin de mieux brouiller les pistes lors de ses razzias.

La légende raconte qu'il fut fait prisonnier avec son fils et son valet par les troupes de l'évêque de Strasbourg. Traduit en justice à Schönau dans le proche Palatinat, il fut condamné à la potence. Avant l'application de la sentence il reconnut ses crimes mais implora la clémence du juge pour son valet qui n'avait jamais tué personne et qui avait été contraint à suivre les tristes équipées de son maître. Le juge répondit par cette formule lapidaire restée populaire dans la région : « mitgegangen, mitgefangen, mitgehangen ». Et tous trois furent pendus ensemble…

Il sera finalement détruit et les ruines seront données en fief aux Puller de Hohenbourg. On peut penser que les Sickingen, successeurs des Puller, remirent le château en état au XVe siècle afin de l'occuper à nouveau. Le château passera encore en héritage aux comtes de Deux-Ponts-Bitche puis aux Hanau Lichtenberg en 1570 et enfin aux Hesse-Darmstadt en 1736. Le Loewenstein porte également le nom de Lidenschmitt ou Linkenschmitt (le forgeron gaucher). Selon la légende, les chevaliers brigands occupant la place ferraient leurs chevaux à l'envers afin de tromper leurs poursuivants.

Le château est divisé en deux parties mitoyennes qui, à un moment de son histoire, ont appartenu à des seigneurs différents. Seule une citerne est encore visible.

Château de la Roche

 

Le château de la Roche est situé sur la commune de Bellefosse au Ban de la Roche, canton de Schirmeck, arrondissement de Molsheim dans le département du Bas-Rhin, région Grand Est.

Séparé de la montagne par un large et profond fossé de plus de 50 m de longueur, le rocher est exigu. le donjon est exposé au front d’attaque et laisse peu de place aux logis qui sont élevés en enfilade derrière lui.

 

Ainsi que le suggère l’appareil à bossage de petite dimension constituant la base de la tour assise sur le piton rocheux, sa construction pourrait dater soit de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle. Réalisée en grès des Vosges et non en granite, la tour massive adopte le plan irrégulier du rocher sur une surface d’environ 8x5 m. Il s’agit sans doute d’une tour habitable et non seulement réservée à la défense. Une large basse-cour très ruinée dont on devine l’architecture d’un espace habité s’étend derrière le rocher supportant la tour.

Château de Ramstein Scherwiller 67750

 

Construit vers 1293 pour servir de base arrière quand Adolphe de Nassau attaqua le château de l'Ortembourg, il est d'une taille bien moindre que son voisin.

Même si ses ruines sont moins bien conservées, les deux châteaux ont été simultanément classés monuments historiques en 1924.

 

 

Construit par Otton Ochenstein dans son assaut contre l'Ortenbourg, alors propriété des Habsbourg, il n'est à l'origine qu'une simple tour.

Devenu vrai château par la suite, il subit les mêmes destructions que l'Ortembourg quand les Suédois ravagent la région en 1633.
Il n'en reste que la muraille extérieure et deux tourelles.

Son état de délabrement ne permet pas la visite, mais la ruine est visible des murs du château de l'Ortenbourg, situé à seulement une centaine de mètres.

Le Château de Ramstein est situé dans le Val de Villé, sur les hauteurs de Scherwiller. Il est bâti sur un socle rocheux, en contrebas de son puissant voisin l'Ortenbourg. Du château ne subsiste principalement qu'une partie de la tour d'habitation. La basse-cour de ce château se trouvait en contrebas. Vers 1300, la muraille de la tour est renforcée du côté de l'attaque pour former un mur bouclier. On distingue sur la face intérieure les différents niveaux d'habitation, une cheminée et surtout une grande archère à niche (la plus grande connue en Alsace).Pointée vers son voisin, cette archère trahit les origines belliqueuses qui ont conduit à la construction du château. Les dimensions de cette archère permettaient d'y installer une machine de guerre afin de tirer des projectiles vers l'Ortenbourg.

Château de Ramstein
67750  Scherwiller

Château d'Odenbourg à Orschwiller 67

A 200 mètres du château du Haut Koenigsbourg, s'élève le second château d'Odenbourg, très ruiné, construit par Frédéric de Büren. Incendié en 1197 par l'évêque Conrad de Hunebourg, il est relevé par Philippe de Hohenstaufen en 1267 dans son plan actuel et inféodé aux Rathsamhausen. Il sert en fait de château d'appoint à son puissant voisin.

Il sera détruit pour raison inconnue entre 1398 et 1417, il n'a jamais été rebâti.

 

Consolidé au début du XXe siècle par Bodo Ebhardt lors de la restitution du Haut-Koenigsbourg, la propriété du château a été transférée le 1er janvier 2007 au département (anciennement propriété de l'Etat, ministère de la culture).


Le plan présente vers le nord un mur épais bouclier qui fait office de donjon. A l'arrière s'étend la basse cour. Entre les deux, un donjon, érigé sur le point le plus haut du terrain, faisait office de simple tour d'observation.

Château du Petit Arnberg à Obersteinbach 67510

 

En 1400, le château passe aux mains de Frédéric de Than, qui en hypothèque la moitié à Louis de Lichtenberg en 1420. À la mort du dernier des Ochsenstein, les comtes de Deux-Ponts-Bitche qui en sont les héritiers, restaurent le château en 1494. Ses derniers possesseurs furent les Hanau-Lichtenberg entre 1604 et 1606.

 

Le château a été détruit lors de la guerre de Trente Ans en 1635

Ce château est un château semi-troglodytique. Son logis suit le tracé rocheux et il est protégé par un puissant mur bouclier.

Une petite porte taillée dans le rocher avec son double encadrement est datée de 1494. Sur le côté est du château, de longues cavités au sol laissent présager qu'il s'agissait de logements de structures en bois qui permettaient de gagner sur le vide en élargissant la partie habitable.

Château du Warthenberg à Ernolsheim-les-Saverne 67330

 

Ce château était encore récemment dénommé DAUBENSCHLAGFELSENSCHLOSS.

 
Le château de WARTHENBERG se dressait sur un roche nommée DAUBENSCHLAGFELSEN situé à  402 mètres d'altitude sur la commune d'ERNOLSHEIM-LES-SAVERNE (67).
 
 
 
HISTOIRE
 
L'histoire de cette ruine est assimilée à celle du château de WARTHENBERG qui n'avait encore pas été localisé. La forteresse est mentionnée en 1158 dans un écrit de l'abbaye de NEUWILLER-LES-SAVERNE. La place est peut-être une construction due à Hugues de DABO, comte de METZ. On sait que l'abbaye de NEUWILLER dépend de l’évêché de METZ. L'on ne sait rien d'autre sur ce château très vite abandonné. Il semble avoir servit de carrière au XVI° siècle tout comme de HERRENSTEIN (voir ce nom), pour l'agrandissement du château de LICHTENBERG (67) en 1515. Les rares vestiges visibles encore connus au XIX° siècle vont sombrer dans l'oubli jusqu'en 1979. Une équipe de passionnés vont organiser des fouilles et faire revivre les vestiges.
 
Malgré le mystère et l'incertitude quant à l'histoire du lieu, les restes du château seront classés Monument Historique en 1994...
 
ETAT ACTUEL
Les ruines s'étendent sur une surface d'environ 150m X 50. La base du donjon  et plusieurs bases de murs déterrées et restaurées témoignent de la présence de ce château-fort. Un large fossé creusé dans le roc est présent au sud du rocher.
 
ACCÈS
Suivre la route départementale reliant DOSSENHEIM SUR ZINSEL (67) à PHALSBOURG (57). A la sortie du village, peu après le route forestière menant au château de HUNEBOURG, prendre la route à gauche traversant la rivière. Laisser le véhicule après le pont. Un sentier balisé assez raide conduit aux ruines en 45 minutes .
 
Adresse :
110 Rue de la Forêt
67330 Ernolsheim-lès-Saverne

Château de Wittschloessel

Le château de Wittschlœssel se trouve sur le Wittberg, sur la commune de Dambach, dans le département du Bas-Rhin.

Construit au XIIIe siècle, le château se rapproche plutôt d'une tour de garde dominant la vallée d'Obersteinbach. Il devait être un fortin complétant la sécurité du château de Schœneck.

Mentionné seulement en 1657 à l'occasion d'une description de limite de seigneurie, le château est une possession des Lichtenberg puis des Eckbrecht de Dürckheim.

Détruit en 1677, probablement par les Français, l'histoire de ce château, lié au château de Schœneck, est peu connue.

Vestiges

Installé sur une crête rocheuse (440 mètres), il ne subsiste du château que quelques vestiges de murs de grès.

La ruine est composée de deux rochers sur le sommet de la montagne. Entre les deux rochers se trouve une chambre chassée. On aperçoit des trous de poutre dans les rochers ainsi que les restes de la paroi d'un bâtiment penché.