Châteaux Haut-Rhin 5

  • Blotzheim
  • Bollwiller
  • Burgelin
  • Flaxlanden
  • Château de Gohr
  • Domaine de Hombourg
  • Château de Neuenbourg
  • Staffelfelden
  • Wesserling

Château de Blotzheim 68730

 

Château médiéval, fortifié au XIIIe siècle, encore défendu en 1640 par son propriétaire, Axel de Taupadel; l'édifice est reconstruit en 1728 pour Jean Henri d'Anthès; plafonds avec très beaux décors stuqués XVIIIe siècle; un campanile ajouté sans doute au XIXe siècle sur le versant antérieur du toit qui a été supprimé en 1978 ; une cheminée portant la date 1748.

 

château de Blotzheim

2 rue de Hésingue

68730 Blotzheim

propriété privée, école des missions

L’IMP Le Château - Bollwiller 68540

 

L’IMP est installé dans le château qui se trouve dans le Domaine Rosen à Bollwiller. Il bénéficie d’un environnement intéressant à plus d’un titre : entouré d’un grand parc ; il se situe sur le même site que l’IMPro et le CAPEAP (Centre d’Accueil Pour Enfants et Adolescents Polyhandicapés) ;

 

 

dans son voisinage proche il y a la MJC de Bollwiller, des écoles du quartier, des commerces de proximité … Ces atouts permettant de proposer des projets de prise en charge variés et riches.

Les locaux du château comportent cinq groupes éducatifs sur différents étages, des salles de classe, des bureaux administratifs, une salle de réunion, une grande salle à manger, des salles des suivis thérapeutiques.

La proximité du CAPEAP permet l’utilisation du plateau technique médical et paramédical, de la salle réservée à l’accueil des familles, du bassin thérapeutique ainsi que de l’espace Snoezelen.

Association des Papillons Blancs du Haut -Rhin

Rue des Acacias

68540 Bollwiller

Château Burgelin - Walbach

Château cité en 1336, appelé Burgelin "petit château".

Il appartient à la famille des Guirsberg et passe aux Ribeaupierre ; le bâtiment actuel semble dater du XVIe siècle (tourelle d'escalier, fenêtres à meneaux) mais le gros oeuvre est peut-être plus ancien (chaînes à bossages sur le petit corps de bâtiment accolé au château côté sud) le fronton au-dessus de la porte d'entrée est orné de deux écus armoriés.

Le premier a deux écussons et une étoile, la seconde a été bûchée et n'est plus lisible; en 1763, le château est délabré et remis en état par les Deux-Ponts ; la porte charretière en plein-cintre est datée 1771 (la poutre au revers est datée 1743) et porte deux écus bûchés, la porte piétonne à linteau droit est datée 1770; charpente du XVIIIe siècle; en 1789, il est vendu et demeure inhabité jusqu'en 1800 ; il est alors acheté par les Martin, puis par les Blaise en 1898.


château Burgelin 68 Walbach

propriété privée, ne se visite pas.

Château de Flaxlanden à Durmenach 68480

Le château de Flaxlanden se situe sur la commune de Durmenach, dans le département du Haut-Rhin.
 
 
 
L'ancien château des Flaxlanden, situé près de l'église, se présente comme un simple manoir, il est cité depuis 1580.
 
 
 
Il a sans doute été remanié en 1624, date gravée sur une des portes du sous-sol, et a été restauré à nouveau en 1694,  après un incendie, pour Christophe Hannibal de Flaxlanden  et son épouse  Marie Anastasie de Reinach  conformément à l'inscription commémorative  en allemand  et latin figurant  sous leurs armoiries  au-dessus de la porte d'entrée : Christoph Hanibal von Flaxland  und Maria Anastas von Flasland Gerohrne von Reinach Unis  in cineres annis me flamma sed unis me dedit in patrios unus una lares amen 1694. Cette date figure aussi sur le cintre de la porte,  le château fut vendu comme bien national, servit de ferme  et racheté par la commune après la 2ème guerre mondiale. Un poêle en faïence blanche avec décors bleus,  de la 2ème moitié du XVIIIe a été déplacé à Hégenheim dans le château des Reinach, propriété privée.
 
15 rue du Château à Durmenach

Château de Gohr Wattwiller

 

 

La date de 1505 portée sur une voûte donne une date de reconstruction de l'édifice qui se présentait lors de la guerre de 1914-1918, comme une grande bâtisse sans ornementation extérieure, à deux étages sur une cave surélevée. Une tourelle d'escalier à trois pans en occupait l'angle rentrant.

 

 

 

Le bâtiment donnait sur la rue et était doté d'une aile ouest qui bordait l'église et le cimetière. Bombardé en 1915, il est rebâti de 1926 à 1931 sur les plans de l'architecte Gilodi qui s'inspire d'un modèle du Pays de Loire. L'architecte reprend quelques parties anciennes, mais diminue l'assiette de l'édifice qui offre désormais un plan en équerre. D'abord aux Breitenlandenberg, il passa aux barons de Gohr, aux comtes Jouffroy d'Abbans, aux barons de Reinach et aux comtes d'Abboville. C'est un grand édifice en équerre, comptant un étage carré et un étage de combles à surcroît et à grandes lucarnes passantes à fronton. Les encadrements de fenêtres du rez de chaussée, sur le passage entre le mur de clôture et la demeure sont en grès rouge, les autres en ciment. Le style général se veut gothique.

 
château de Gohr

rue de la Première Armée

68700 Wattwiller

propriété privée, ne se visite pas, visible de l'extérieur.

Domaine de Hombourg

 

Le Domaine de Hombourg est un lieu original en Alsace qui a appartenu à de grands industriels comme la famille Koechlin, et depuis 1922 à la famille Burrus.

Il réunit plusieurs activités : une ferme avec une étable qui imite l’architecture d’un château médiéval datant du 20ème siècle. Puis à l'arrière, un château du 19ème siècle, autour duquel s'est développé un golf, le golf de Hombourg.

On y trouve aussi un restaurant gastronomique.

C'est au XVIIe siècle que le famille d'Andlau s'installa à Hombourg, on ne sait rien de leur demeure du XVIIIe siècle qui fut pillée puis incendiée en 1792; dans la propriété, qu'il avait acquise au début du XIXe siècle, Nicolas Koechlin fit édifier des bâtiments destinés à la production de sucre de betteraves en 1828.

C'est lui qui fit élever dans le parc un pavillon de chasse qui devint le château ; il fut agrandi pour la famille de Maupeou en 1880 et remanié en 1901; la famille Burrus, qui produisait du tabac, acheta la propriété en 1922, et fit bâtir l'étable en forme de château en 1930, comme l'indique la date gravée, accompagnée d'une devise et d'un taureau en relief au-dessus de deux portes ; la date 1858 est inscrite sur la maison de gardien. Le château en brique et toit d'ardoises comporte un sous-sol voûté en berceau, un rez de chaussée surélevé, un étage carré, un étage en surcroît et un étage de comble ; la cage d'escalier hors-oeuvre est voûtée d'ogives et d'arêtes et coiffée par une flèche polygonale tronquée ; fabriques en rez de chaussée et grange en pan de bois.

Le golf du Château de Hombourg est situé au cœur de la forêt de la Hardt (à 15 min de Bâle et à 15 Min de Mulhouse), autour d’un merveilleux château du XIXeme siécle et de son parc. Les 2 parcours de 18 trous "Schlossplatz" et "Burgplatz" s’adressent aux joueurs de tous niveaux et les non golfeurs peuvent venir s’initier dans ce cadre idyllique. Le Golf de Hombourg faisant partie du complexe golfique du Drei Thermen Golfresort de Bad Bellingen ,les membres ont également accès aux 2 parcours de golf de Bad Bellingen situé à 20 min. coté allemand du Rhin et disposent ainsi avec 4 golfs d’une offre incomparable dans le monde du golf.

A Hombourg on joue au golf sur le vaste terrain de l'aristocratique château de Hombourg. Dans le parc du château avec ces allées encadrées par d'anciens arbres feuillus et de conifères. les 2 parcours, Schlossplatz et Burgplatz, présentent une topographie plate légèrement ondulée , les petites dénivellations peuvent être facilement surmonter à pied.

Domaine de Hombourg

1 rue Principale
68490  Hombourg

 

Golf du château de Hombourg

Château de la Neuenbourg à Guebwiller

Construit au début du XVIIIe siècle par Sylvain de Golbéry puis Peter Thumb pour le prince abbé de Lowenstein.

Confisqué par la Révolution et vendu à l'industriel Pierre Dollfus (1748-1826) qui y a installé la première indiennerie de Guebwiller, à laquelle a succédé, en 1806, la manufacture de rubans de Jacques-Christophe Bary (1776-1838). Puis Nicolas Schlumberger (1782-1867) a transformé le bâtiment et en a fait une filature de coton.

 

Au milieu du XXe siècle, La Neuenbourg deviendra une École Normale, puis un Institut Universitaire de Formation des Maîtres jusqu'en 2011.

Château de la Neuenbourg

rue du 4 Février

Guebwiller

Château de Staffelfelden

Le fief de Staffelfelden, au centre duquel se situe le château, est cité en 1310. Il est reconstruit en 1399, et appartient aux nobles de Masevaux. Il est incendié en 1466 par les Suisses. Les armoiries figurant dans la cave font commencer son histoire avec les Rottersdorf : Anne de Rottersdorf épouse en 1544 Roch Mertz de Staffelfelden qui décède vers 1563.

 

 

Le château de Staffelfelden passe aux Pabst de Staffelfelden. L'édifice actuel est reconstruit ou fortement modifié par les Mertz ou les Pabst auxquels succèdent les Reding de Biberegg et, après la guerre de Trente ans, les nobles Baratin de Peschery. Vers 1730, on mentionne encore des fossés et une tour. Vers 1762, date gravée sur la dalle armoriée au-dessus de l'entrée, il est rebâti sur la cave du XVIe siècle qui est en partie conservée. La cour surélevée serait peut-être le vestige d'une motte entourée par la cave du XVIe siècle, elle-même surbâtie au XVIIIe siècle.

En 1733, la chapelle située au premier étage d'un corps de bâtiment accolé à la façade nord du quadrilatère, est reconstruite. Vendu comme bien national en 1793, il passe à Daniel Schlumberger en 1820, puis à Paul Spengler au XXe siècle, et enfin aux propriétaires actuels.

château de Staffelfelden

rue des Mines

68 Staffelfelden

propriété privée, ne se visite pas

Château de Wesserling

 

Une maison de campagne ou un pavillon de chasse fut élevé au XVIIe siècle à cet emplacement pour l'abbé de Murbach, seigneur de la vallée.

 

 

Les dates 1637 et 1699 sont citées, mais il semblerait que les travaux aient été réalisés de 1699 à 1705 d'après un projet de l'architecte Mathieu David, prieur du couvent d'Antonins d'Issenheim. La décoration intérieure fut remaniée de 1714 à 1717.

 

 

Un dessin permet de décrire ce bâtiment, composé d'un corps de logis flanqué de deux tourelles d'angle, en rez-de-chaussée avec toit brisé, campanile et porte à fronton. Il comprenait une chapelle, deux ailes en équerre, des écuries, une glacière, un bassin et un jardin en terrasses. Ce petit château fut vendu en 1757 à M. Desmarès, receveur des gabelles à Thann, qui fit réaménager le parc, plantation de l'allée de tilleuls et terrasses avec statues. En 1776, l'édifice est détruit par un incendie, racheté par N. Risler qui le fait reconstruire en 1780.

Par la suite les propriétaires vont changer plusieurs fois. En 1802 construction de la première filature mécanique d'Alsace, près de la rivière, par l'architecte Rigaud puis d'une deuxième filature en 1807. En 1809 ajout d'un étage sur le château et de l'aile droite, par l'architecte Bouch, et de l'aile gauche en 1813. Plusieurs villas et maisons ont été construites dans le parc pour loger les cadres, les propriétaires occupant le château du XVIIIe siècle. En 1854, construction d'une chapelle protestante dans le parc, par l'architecte Joseph Langenstein. L'usine ayant fermée l'ensemble de la proprété a été achetée en 1986 par le Conseil Général, pour éviter le morcellement du parc. Dans un des bâtiments, un musée du costume a été installé, le château et plusieurs bâtiments attendant une affectation et une restauration.


Le logis du château s'élève au sommet d'une butte dominant les jardins en terrasse à l'est. Bâtiment très long et étroit, double en profondeur avec couloir central. Plafonds avec décor stuqué du XVIIIe siècle. Chapelle protestante néo-romane avec campanile.

 

68 Husseren Wesserling

il abrite le musée du costume